Accueil » Société » Aboubacar Soumah répond aux autorités : ‘’Personne ne peut dire que notre grève est sauvage’’

Aboubacar Soumah répond aux autorités : ‘’Personne ne peut dire que notre grève est sauvage’’

Le mot d’ordre de grève reste toujours maintenu. Malgré tout ce qu’on est en train de raconter, nous maintenons notre position parce que nous savons que nous sommes dans la légalité’’.

Ces mots sont d’Aboubacar Soumah, secrétaire général adjoint du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) qui a accordé un entretien à VisionGuinee.

Accusé d’avoir déclenché un mouvement illégal, Soumah réplique : ‘’Notre grève est légitime et nous la maintiendrons tant que les points énumérés dans la plateforme revendicative ne sont pas satisfaits’’.

Il affirme que le gouvernement n’a jamais pris contact avec son camp début le début de la grève. ‘’Il a fait appel à la CNTG et l’USTG qui sont habilités, selon eux, à déclencher un mouvement de grève. Et tout autre mouvement qui n’est pas déclenché par ces deux centrales est qualifié de grève illégitime’’, indique-t-il à notre rédaction.

Notre interlocuteur assure qu’il a suivi de près les sorties médiatiques du président Alpha Condé. ‘’A l’Élysée, il a qualifié notre grève de sauvage. Mais pour nous, ce n’est pas une grève sauvage’’, persiste et signe le syndicaliste. ‘’Quand dit-on qu’une grève est sauvage ?’’, demande-t-il au gouvernement avant de répondre : ‘’C’est lorsqu’elle est déclenchée de manière spontanée sans que les autorités n’en soient informées. Autrement dit, un soulèvement brusque’’.

Pourtant, enchaine-t-il, ‘’notre grève a suivi la procédure normale. Nous avons déposé cinq correspondances au niveau de tous les départements concernés par  le cadre du dialogue une semaine avant le déclenchement de la grève le lundi 13 novembre. Donc on ne peut pas nous dire que la grève est illégale’’.

Une  chose est certaine, se dit-il, ‘’je n’ai commis aucune infraction. On ne peut pas me convoquer parce que je suis dans la légalité. Nous sommes dans un État de droit où les libertés syndicales sont consacrées par notre constitution. Personne ne peut dire que notre grève est sauvage. La légitimité appartient à la base’’.

Ciré BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 664 93 14 04/cire.balde@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

11 comments

  1. mr soumah , s il te plait , pour declencher une greve syndicale , il faut l unanimité entre tout les manbres qui compose le bureau , mais votre cas , sur les 9 membres , tu le seul a se rebeller contre l autorité syndicale , mr portos diallo qui etais avec vous , a pris sa distance car votre greve est illegale et sauvage. retournez dans le rang syndical avec vos amis syndicalistes pour trouver une solution a cette greve sauvage pour permettre a nos enfants d aller enfin a l ecole. je vous prie soumah khame

  2. Les journalistes de visionguinee.info sont vraiment courageux et téméraires !!
    Vous osez publier une déclaration du leader syndicaliste Aboubacar Soumah, alors que le dictateur Alpha Condé menace de faire fermer tout organe de presse qui accordera la parole à cette tête de turc !!
    Vous voulez qu’Alpha vous mette en prison ou quoi !?
    Sacré Alpha ; il se rendra bientôt compte que ses menaces ne font peur à personne et qu’il n’a pas suffisamment de places dans ses prisons pour enfermer tout le monde !!

    • siriki diallo , a travers votre comportement , ont comprend aisement que vous n aurez jamais le pouvoir en guinee a cause de votre pathologiques et viscerale envers le peuple de guinee. tant que un de vous ne sera pas a sekoutoureyah vous ne serrez pas a laise. cette attitude en vous ne date d aujourdhui , c est depuis 1958 , c est de pere en fils. c est grace a vous que notre pays la guinee n avance pas parcequé vous etes contre tout les regimes en guinee

      • Sylla, c’est exactement les mêmes propos bêtes et ethnocentristes que tenaient les militants du FPI en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara est un étranger ; il ne sera jamais Président !!
        La suite, on la connaît ; il est le plus grand Président bâtisseur que la Côte-d’Ivoire ait connu depuis Houphouët Boigny !!
        Militants abrutis du RPG, continuez à ne pas tirer les leçons de l’histoire !!
        Quant à ce que tu appelle honteusement « cette attitude qui date de 1958 » ; c’est ce que j’ai qualifié de futur complot peulh dans mon deuxième post !!
        Tâchez d’évoluer un peu, cher frère, pour le bonheur de la Guinée !!

  3. Heureusement pour la Guinée que ce souffre-douleur du régime d’Alpha Condé s’appelle Aboubacar Soumah !!
    Malheur à lui, si ce Chef syndicaliste s’appelait Diallo ; on serait revenu alors cinquante ans en arrière et des collaborateurs zélés du Président Alpha Condé, tel que Bantama «le sot », nous auraient parlé de complot de l’UFDG, voire même d’un complot peulh !!
    Sacré Alpha et sa bande d’emberlificoteurs !!

  4. Qu’elle définition , voulez vous maintenant? Toutes les lignes sont respectées par soumah? Combien de syndicats avons-nous. ? La base est le point de départ et d arrivé.Les profs sont pour , alors, le reste ne compte pas

  5. Nous voulons une Guinée unie et prospère.
    Allez au point d’entente afin de trouver une solution palliative pour apaiser ce secteur qui ne mérite pas d’être bouleverser…

  6. Sans PRESSE pas de DÉMOCRATIE. C’est malheureux il y a de l’hypocrisie et de la lâcheté dans le comportement et la vie du guineen.

  7. Aboubacar Soumah,le Héro du jour qui a tenu tête à son Détracteur Alpha Condé qui méprise toutes convictions syndicales et/Ou Organisations civiles.
    Bravo Mr Soumah.Si c’était un Diallo de l’UFDG,il serait déjà assassiné ou porté disparu depuis le début de la Grève générale des Enseignants….

  8. Selon mon opinion, en Guinee, il n’y a pas de patriote. Quand il y a un evenement, chacun prend le cote qui l’arrange. Un pays n’avance comme ça et le pouvoir, c’est Dieu qui le donne. Depuis cinq ans, l’ecole guineenne n’a connu que des soubressauts, des crises politiques qui ont paralisées les cours y compris la maladie Eblole qui est venue enfoncée le clou. Nous devons pensé a tout ceci et dire que cette greve de enseiignants n’arrange pas nos petits frères au lieu de chercher a politiser ça. Nous sommes des jeunes qui ne se suivent les politiciens sans aucun interets. Au future, je craints que les jeunes d’aujourd’hui ne soient plus dangereux que les politiciens d’aujourd’hui.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info