Accueil » Société » Liberté de la presse en danger : soutenir des initiatives de dialogue de Tibou Kamara pour désamorcer la crise

Liberté de la presse en danger : soutenir des initiatives de dialogue de Tibou Kamara pour désamorcer la crise

Le président de  l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), Moussa Iboun Conté a reçu mardi des hommes de médias au siège de ladite association. Il était question d’évoquer le bras de fer en cours entre le pouvoir et la presse.

Dans son exposé liminaire, M. Conté a rappelé que la dernière menace du président de la République contre les médias est le résultat d’un apprentissage douloureux de la démocratie et de l’Etat de droit.

Il affirme que les médias, syndicats, citoyens et pouvoirs publics ont le devoir de préserver et de promouvoir cette démocratie dans le strict respect de la Constitution, des lois et règlements en vigueur en République de Guinée.

Le président de l’Agepi de préciser qu’il faudrait privilégier le dialogue prôné par le ministre d’Etat, ministre conseiller personnel du président de la République, Tibou Kamara.

La flamme de paix allumée par le ministre Kamara devrait être entretenue de plus belle, note-t-il, avant d’indiquer que quelle que soit la profondeur du différend entre les guinéens, cela ne devrait point les empêcher de dialoguer.

Une situation tendue entre la presse et le pouvoir ne profite à personne, laisse entendre Iboune Conté, sauf à ceux qui voudraient voir fouler au sol les initiatives prises par Tibou Kamara dans le but d’écrire une nouvelle page d’histoire dans le partenariat entre les pouvoirs publics et la presse.

Il a aussi souligné la nécessité pour les journalistes de conforter la position du ministre d’Etat Tibou Kamara. ‘’Quand on est journaliste, on l’est à vie, la réussite ou l’échec de Tibou Kamara dans cet aréopage de collaborateurs de monsieur le président de la République,  incomberait à ses confrères, professionnels de l’information de la Guinée’’, estime-t-il.

En dernier lieu, il a soutenu que le combat mené par les médias privés est juste et proportionnel, tout en précisant que cela ne devrait pas pousser les hommes de médias à ignorer la main tendue du président de la République par l’entremise de son ministre d’Etat, conseiller personnel.

Kèlètigui Rabah CAMARA

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. Vous soutenez que la liberté de la presse est menacée en guinée, tandisqué , vous passé toute la journée a insulter les autoritées et le président de la république sans etre inquieté. ce n est pas votre faute c est la faute du president lui meme , si des le debut il faisait comme en cote d ivoire ou au senegal , personne n allait dire que la liberté de la presse est en danger en guinee , parcequé dans ces 2 pays , les autoritées hesitent pas a foutre en prison les journalistes , moi je vit a dakar je sait de quoi je parle. En cote d ivoire , 4 journalistes sont en prison , en guinee , aucun journaliste n est en prison. trop de liberté tue la liberté

    • Je partage entièrement votre avis!
      C’est par ce laxisme calculé que le Président a fini par se piéger lui-même.Car, il n’avait pas compris que la décadence morale de la société guinéenne était-elle qu’il fallait instaurer une rigueur sans la moindre hésitation.
      Maintenant que la chienlit s’est installée, peut-il renverser la vapeur sans subir des dégâts collatéraux?
      Wait and see!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info