Accueil » Libre opinion » Quand le temps joue en faveur d’Alpha Condé…

Quand le temps joue en faveur d’Alpha Condé…

A quoi auraient vraiment servi les élections communales de février 2018? Après 5 morts, nous ne sommes toujours pas situés sur les résultats et les nouveaux conseillers municipaux ne sont pas encore installés. Nous en sommes d’ailleurs sortis pires qu’avant.

Le problème des politiques en Guinée est qu’ils semblent plus préoccupés par les contradictions apparentes d’aujourd’hui et ignorent tout des grands défis de demain.

Pendant que l’esprit et le temps de tout le monde politique sont absorbés par les problèmes liés aux résultats des élections communales et la formation du nouveau gouvernement, le temps passe en faveur du président et ses intentions dangereuses.

En effet, nous savons qu’aucune des conditions nécessaires et exigées dans le cadre des accords politiques d’Octobre 2016 pour l’organisation d’élections libres, transparentes et acceptables de tous n’est remplie aujourd’hui. La nouvelle loi sur la CENI n’a pas encore été adoptée, le nouvel opérateur n’a pas été recruté et je ne sais pas où nous en sommes quant à l’audit du fichier électoral qui devrait faire l’objet d’un assainissement.

Pourtant, dans les conditions normales, les dernières législatives ayant eu lieu en septembre 2013, les prochaines élections devraient se tenir en septembre 2018 ou au plus tard avant la fin de cette année.  Donc, dans quatre mois seulement nous serons déjà au 5e anniversaire des législatives  et surtout qu’on ne devrait pas attendre l’expiration du mandat des députés avant de tenir de nouvelles élections. On fait les élections pour anticiper la fin de leur mandat.

Dans les conditions normales et dans un pays normal où les dirigeants ont du respect pour leurs citoyens et ont la volonté de leur offrir la paix et la quiétude nécessaires pour leur bien-être, les élections seraient déjà prêtes. On serait simplement à l’attente du décret annonçant la date du scrutin. Mais ici c’est la Guinée. Il faudrait d’abord manifester et qu’il y ait des morts pour qu’ensuite les acteurs ou marionnettes politiques se retrouvent pour dialoguer et trouver un consensus autour des problèmes déjà résolus par la Constitution et nos différentes lois. C’est comme ça que nos dirigeants se moquent de nous.

Malheureusement, pendant que ces acteurs politiques “négocient”, le président serait en train de tout mettre en œuvre pour favoriser l’enlisement du dialogue comme il sait si bien le faire. D’abord, il recevra l’opposition pour les calmer en les promettant de tout régler. Ensuite, il rencontrera sa base politique pour les intimer de ne céder sur aucun point mais de faire semblant de négocier. Ainsi,  il s’assiéra tranquillement pour savourer dans l’insouciance, l’exécution progressive de son plan de hold-up constitutionnel sachant bien que le temps joue en sa faveur.

Nos hommes politiques devraient donc savoir que la prolongation du mandat des députés même de par un seul jour donnerait une licence au Président de prolonger aussi son mandat. Je sais très bien que les deux ne sont pas liés. Cependant, la violation de la constitution par les députés de l’opposition en siégeant au-delà de la fin de leur mandat, leur ôtera la légitimité nécessaire pour dénoncer et empêcher le président de faire autant.

Il ne faudrait donc pas l’aider à trouver un alibi ou une excuse pour repousser les élections présidentielles de 2020. Car à défaut de pouvoir modifier la constitution pour s’octroyer un nouveau mandat, le président voudra certainement procéder à la prolongation illégale de son mandat.

À l’allure où vont les choses, le jeu semble être bien en sa faveur. Surtout qu’aucun calendrier électoral n’a été respecté ou obtenu dans la paix depuis la fin du premier tour des élections présidentielles de 2010. Alors, à défaut d’obtenir de nouvelles élections législatives dans les délais prévus par la loi, j’ose espérer que nos députés démissionneraient tous à la fin de leur mandat. À moins qu’ils ne veuillent participer volontairement au recul de la démocratie en aidant le président à réussir son coup d’État contre notre Loi Fondamentale.

Abdoulaye BARRY
Portland, OR USA
ajbarry@live.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Bonne analyse Mr car juste la kabilite qu’ils cherchent à faire,le PM Lansana kouyate fut le seul à voir juste,car les autres ont une vision tunnel,ils ne font que voir à un angle droit,dommage pour ce pays,que ses gens là soit les futurs chefs de la Guinée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info