Accueil » Politique » Présidentielle 1998 : ‘’comment Siradiou Diallo s’est désisté en faveur de Bah Mamadou’’

Présidentielle 1998 : ‘’comment Siradiou Diallo s’est désisté en faveur de Bah Mamadou’’

En séjour à Liège, Bah Ousmane, président de l’Union pour le progrès et le renouveau (UPR) a levé un coin de voile sur le rapprochement entre Bah Mamadou et Siradiou Diallo. Ces deux farouches opposants au général Lansana Conté ont uni les forces  pour présenter un candidat unique à la présidentielle de 1998.  Décryptage !

‘’Des consignes m’ont été données par des militants et responsables du parti pour la première fois aux Etats-Unis lors d’un de mes voyages. Ces militants et responsables, à l’issue d’une réunion m’ont interpellé en me disant ‘M. Bah, vous venez  de séjourner avec nous. Nous souhaitons que vous rentriez en Guinée en bonne santé. Mais une fois que tu seras là-bas, nous souhaiterons que toi et les autres travailliez au rapprochement entre Siradio Diallo et Bah Mamadou. Nous sommes fatigués de voter d’un côté et de voter de l’autre côté. Nous voulons que ces deux responsables se mettent ensemble, qu’ils désignent un seul candidat, qu’ils fusionnent leurs partis. Ainsi, nous, militants, nous saurons ce que nous devons faire’.

Ils ont dit ‘si jamais vous n’arrivez pas, faites en sorte que Bah Mamadou et Siradio viennent aux Etats-Unis, nous allons nous entretenir avec eux’. C’est pour vous dire combien de fois ils voulaient de cette fusion.  De retour en Guinée, j’ai fait passer le message. De part et d’autre, c’était la même volonté. On a immédiatement mis en place une commission mixe, informelle, composée de 13 membres du PRP et 13 autres de l’UNR. On a demandé aux sages de se mettre ensemble, de travailler et de faire tous les sacrifices nécessaires pour trouver une solution pour un rapprochement entre Bah Mamadou et Siradio Diallo.

Ces sages ont travaillé 2 ans, 2 mois et 17 jours pour trouver une solution. Fâcheusement, c’était une démarche informelle. Il fallait traduire cette démarche informelle en démarche politique. J’ai assumé cette mission. Je me suis rendu au domicile de feu Siradio Diallo le 13 aout 1998. Je me suis fait accompagner par un responsable du parti. J’ai dit à M. Siradio, ‘je suis venu au nom de l’UNR, te demander de te désister à la place de Bah Mamadou pour la présidentielle de 1998. Si tu le fais, moi je suis secrétaire général de l’UNR, adjoint de Bah Mamadou, je me mettrai derrière toi. Il a bien accueilli la proposition. C’était un vendredi. Il m’a dit ‘Ousmane Bah, écoute, j’ai la réunion du bureau national, le samedi, viens me voir samedi à 13 heures, je te donnerai l’avis du bureau national’.

Le lendemain, c’était le 14 aout 1998, je suis venu voir M. Siradio parce que je devais voyager dans l’après-midi. Il m’a dit ‘Ousmane Bah va dire à Bah Mamadou que je me désiste en sa faveur. Je voudrais que tu lui dises que je souhaite qu’il soit comme nous le saurons’.  Je suis arrivé le même soir au Canada pour rendre visite à ma famille. Une semaine, après, j’ai rencontré Bah Mamadou à New York où je lui ai fait le compte rendu devant des militants, sympathisants et responsables.

Les premières déclarations ont été rédigées à Washington, on les a envoyées par fax à Conakry. C’est comme ça que le processus de désistement a commencé. Nous sommes allés aux élections de 1998. Bah Mamadou a été présenté par le PRP et. Siradio Diallo a  été le directeur de campagne. Aux résultats de ces élections, nous avons été deuxième avec un fort pourcentage face un pouvoir militaire. D’après la vérité des urnes, avec les coalitions que nous avons faites, il [Bah Mamadou] a eu la victoire, mais force a été pour l’armée de garder le pouvoir. Voilà comment nous n’avons pas pu accéder au pouvoir en 1998.

Transcrits par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. En 1998, face au pouvoir Lansana Conté, il avait fallu à un soi-disant collectif de sages 26 mois et 17 jours de discussions pour trouver une solution de désistement électoral entre nos deux meilleurs leaders politiques Bâ Mamadou et Siradiou Diallo.
    En 2018, tout semble indiquer que la toute première communauté ethnique guinéenne n’ait plus ni les leaders éclairés à convaincre ni les sages avisés et intègres qu’il faudrait, de toute manière. La faute à ces maux quasi culturels et endémiques qui collent de plus en plus profondément à la peau des élites politiques ou intellectuelles peules : l’égocentrisme, le manque de vision sociopolitique et de courage, la cupidité et la servilité. Toutes tares cumulées qui contribuent allègrement à faire le lit des autocraties guinéennes tout en consolidant leur politique commune du « Tout sauf un Peul », depuis 1958. Evidemment que je n’oublie pas mes propres lâchetés, pour commencer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info