Accueil » Politique » “Avant que la cour constitutionnelle ne soit mise en place, j’ai appris que c’est Kélèfa Sall qui sera président’’

“Avant que la cour constitutionnelle ne soit mise en place, j’ai appris que c’est Kélèfa Sall qui sera président’’

Le président de la cour constitutionnelle a été destitué de ses fonctions par ses pairs. L’ancien ministre de la Justice, professeur Salifou Sylla, estime que Kélèfa Sall paie le prix de son refus de jouer le jeu du pouvoir en place.

‘’Plus de deux semaines avant que la cour constitutionnelle ne soit mise en place, j’ai appris que c’est Kélèfa Sall qui sera le président. Or, le président est censé être élu par des membres de la cour constitutionnelle. Ce qui veut dire qu’on l’avait choisi à l’avance. Il qu’il devait être une marionnette pour exécuter des ordres. C’est le fait qu’il n’a pas exécuté ces ordres qui cause tout son malheur’’, laisse entendre l’ancien Premier ministre, invité vendredi de l’émission Œil de lynx.

Selon le professeur Salifou Sylla, des fortes pressions sont exercées sur le président de la cour constitutionnelle depuis le ‘’fameux discours qu’il a tenu [lors de l’investiture du président de la République]. Parce qu’il sait dans ce pays, il y a des démagogues qui poussent celui qui est à la tête de l’Etat d’aller au-delà de deux mandats en lui disant qu’il n’a pas fini son travail’’.

L’ancien garde des sceaux rappelle qu’aucun homme ‘’ne peut indéfiniment faire les choses. Mais il y a des gens qui sont là qui le poussent pour les profits qu’ils tirent. C’est ce que Kélèfa Sall a prévenu en disant il ne faut pas les écouter’’.

Djiwo BARRY, pour VisionGuinee.Info

00224 621 85 28 75/djiwo.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

3 comments

  1. Makissa le petit voleur et oportinuste des impots est prevenu ton faux slogan va se retourner dans ta petite gueule

  2. Du n’importe quoi! Qu’il dise ce qu’on lui a dit de faire contre la constitution. Dire de « ne pas succomber aux sirènes des révisionnistes » mais tout le monde et dans tous les pays le disent. Aucun président d’aucune institution ne peut échapper à la loi. Faites des articles plus pointus et fouillés. Les collègues de Sall pensent qu’il n’est pas à la hauteur du poste: c’est démocratique car le président de la CC est élu par ses pairs.

  3. Kèlèfa Sall n’était pas obligé de tenir cette déclaration au nom de la séparation des pouvoirs. Un mandat de trop ne l’intéresse pas son rôle est d’apprécier les dossiers de candidature, examiner le contentieux électoral et faire juré sur serment le gagnant. Le problème de 3è mandat revient à l’Assemblée nationale représentant du peuple.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info