Accueil » Société » ‘’Jacques Foccart a tout fait pour tuer Sékou Touré’’, selon un compagnon de l’indépendance

‘’Jacques Foccart a tout fait pour tuer Sékou Touré’’, selon un compagnon de l’indépendance

Elhadj Momo Bangoura est l’un des témoins de l’indépendance. Enseignant à la retraite, ce partisan de Sékou Touré assure que le France du général Charles de Gaulle a déclaré une guerre à notre pays en guise de représailles au non de la Guinée à la communauté française lors du référendum du 28 septembre 1958.

Le doyen Bangoura indique que des français ont évoqué cette ‘’guerre’’ dans différents ouvrages. ‘’Cette guerre a eu comme point culminant l’agression du 22 novembre 1970. Des mercenaires sont venus envahir Conakry. Ils ont tué une centaine de personnes dans les rues. Ils étaient venus pour massacrer le gouvernement de Sékou Touré’’, accuse-t-il, avant de soupirer : ‘’Malheureusement pour eux, ils n’ont pas réussi. C’est le peuple de Guinée qui a gagné’’.

‘’On dit que c’est le général de Gaulle qui a donné le feu vert pour une action globale de déstabilisation (…). C’est pour dire que c’est la France qui organisait ces complots en Guinée’’, indique notre interlocuteur.

A l’en croire, avant même le référendum du 28 septembre, ‘’quand les français ont compris que la Guinée va voter non, le dernier gouverneur de l’AOF, Pierre Messmer a dit ‘j’envoie à Conakry, le 25 septembre, à bord d’un navire de la marine nationale une compagnie de parachutistes dans laquelle un solide commando a l’ordre de ramener de l’argent à Dakar. Le recours à la force était autorisé’’.

‘’Ce commando était d’ouvrir la banque et prendre tout l’argent. Ils n’ont pas laissé même un franc. Quand nous votions le 28 septembre 1958, Sékou Touré n’avait pas le salaire des travailleurs. Ils [les français] avaient pris tout l’argent’’, raconte Elhadj Momo Bangoura.

‘’Jacques Foccart, ancien secrétaire général de l’Élysée aux affaires africaines et malgaches, a tout fait pour tuer Sékou Touré, mais il n’a pas réussi. Il est venu à Conakry en 1983, un an avant la mort de Sékou Touré pour lui demander pardon. Et le président a accepté son pardon’’, affirme-t-il, assurant que la ‘’guerre’’ de la France contre la Guinée est loin d’être le fruit d’une imagination.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.Info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Merci Doyen franchement j’ai larmes aux yeux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info