Accueil » Société » De Nongo à Dabola, la colère gronde chez les jeunes

De Nongo à Dabola, la colère gronde chez les jeunes

A Conakry, les émeutes contre la rupture de la desserte en électricité ont tout l’air de devenir un sport quotidien depuis quelques semaines.

Dès la tombée de la nuit, des jeunes vivant dans des ménages huppés de l’axe Nongo-Sonfonia barricadent les rues pour déverser leur colère et par endroits, montrer leurs biceps aux forces de police et de gendarmerie.

La ville de Dabola située à quelques kilomètres de la province de Faranah était avec Pita et Labé, l’une des rares villes à bénéficier du privilège d’une desserte régulière en électricité.

Mais février étant une période moins abondante en eau pour gestionnaires du barrage hydroélectrique installé sur la rivière du Tinkisso sous le régime Sékou Touré, l’impureté des rares gouttes d’eau qui tombent de leurs robinets exacerbe la tension sociale couvée par le kidnapping de la victoire des urnes lors de l’installation des exécutifs municipaux au profit de la raison du plus fort aux commandes du pays.

Les daboliens se sentent obligés de profiter de ces deux denrées au jour le jour comme des laissés-pour-compte d’un système broyeur de ses partisans.

Lundi 18 février 2019, ils ont fait entendre leur voix et montré de quel bois ils s’échauffent en bloquant la route aux voyageurs interurbains, en priorité ceux en provenance ou partance de Kankan, la capitale de la Haute Guinée.

Par Le Populaire

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info