Accueil » Sport » L’argent fait-il le bonheur en Jupiler League ?

L’argent fait-il le bonheur en Jupiler League ?

Si de nombreux joueurs guinéens comptent sur le championnat de France pour percer et atteindre les plus grands clubs européens, la Jupiler League est un championnat légèrement sous-coté et pourtant très intéressant.

"

Malgré les différents grands joueurs sortis du championnat, les clubs belges ne parviennent pas à briller lors des grandes compétitions. En revanche, ces derniers sortent saison après saison, des futurs joueurs de calibre international.

Parmi les meilleures ventes de l’histoire, on retrouve, en première position, Youri Tielemans, lors de son transfert à l’été 2017 à l’AS Monaco. Lors de ce transfert, le club princier a dépensé la bagatelle de 26,20 millions d’euros. Comme souligné le classement publié par par Transfermarkt, la deuxième meilleure vente du pays est un autre international belge en la personne de Marouane Fellaini. A l’époque au Standard de Liège, le milieu avait tapé dans l’oei d’Everton, qui avait cassé sa tirelire avec un énorme chèque de 21,76 millions d’euros. Troisième du podium, un certain Michy Batshuayi, à l’époque au Racing Club d’Anderlecht. L’attaquant des Diables Rouges avait coûté 19,65 millions d’euros à l’Olympique de Marseille à l’été 2014. Parmi les autres joueurs passés par la Jupiler League et faisant partie des records de transferts, on peut citer Aleksandar Mitrovic (18,50 millions d’euros à Newcastle en 2015), Sergej Milinkovic-Savic (18,00 millions d’euros à la Lazio), Wilfried Ndidi (17,60 millions d’euros à Leicester), Romelu Lukaku (15 millions d’euros à Chelsea en 2011), ou encore José Izquierdo (15 millions d’euros à Brighton en 2017).

Vous l’aurez compris, le championnat belge permet à de nombreux joueurs de se faire un nom dans une compétition un peu moins relevée que les cinq grands championnats. Pour une première aventure en Europe de l’Ouest, cela permet de se familiariser avec le football européen et de disputer facilement une Coupe d’Europe. Si les montants montent rapidement dans les dizaines de millions d’euros ces dernières années, avec l’augmentation des droits TV et des revenus un peu partout en Europe, les clubs les plus dépensiers ne sont pas obligatoirement récompensés par leurs investissements.  C’est notamment le cas en Belgique. Malgré les moyens mis en place ces dernières années grâce aux ventes de joueurs, les renforts recrutés ne sont pas forcément bien

En effet, comme l’explique Bwin dans une étude sur les transferts, le club belge le plus dépensier durant l’été n’est pas tout le temps celui qui soulève le titre à la fin de la saison. Toutefois, plusieurs exemples de réussite existent, En 2012, Anderlecht a soulevé le trophée avec Dieumerci Mbokani, l’attaquant qui avait été transféré de Monaco pour 3 millions.  A cette époque-là, le buteur s’était distingué avec cinq buts durant les play-offs. En 2016, c’est au Club de Bruges d’être couronné avec comme milieu de terrain un certain Hans Vanaken, venu de Lokeren pour un montant de 4 millions d’euros. Sur les dix dernières années, l’équipe qui a le plus dépensé pour un joueur n’a remporté le titre qu’à trois reprises… Le club le plus dépensier a terminé une fois 2-ème, trois fois 3-ème, une fois 4-ème, une fois 6e dans les play-offs et même une fois 8-ème au terme de la saison régulière. Comme quoi, l’argent ne fait pas tout le temps le bonheur.

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info