Accueil » Société » Kissidougou : deux  présumés trafiquants de trophées d’animaux arrêtés et placés sous  mandat de dépôt  

Kissidougou : deux  présumés trafiquants de trophées d’animaux arrêtés et placés sous  mandat de dépôt  

Deux présumés trafiquants de produits fauniques issus du trafic illicite sont tombés le lundi 07 mai 2019 dans les filets d’une équipe mixte composée des agents conservateurs de la nature, de la gendarmerie, de la police et des activistes du projet GALF (Guinée Application de la Loi Faunique).

Thierno Oumar Touré et son co-auteur Abdoulaye Touré tenteraient de commercialiser illégalement 60 peaux d’animaux sauvages protégés au grand dam des dispositions légales du pays en termes de lutte contre la criminalité environnementale dans toutes ses formes.

Après avoir été entendus sur procès-verbal dans les locaux de la gendarmerie territoriale de la ville, les mis en cause ont été déféré devant le parquet du tribunal de première instance(TPI) de Kissidougou pour être placés par la suite sous mandat de dépôt.

Selon nos informations, les deux présumés trafiquants auraient  longtemps alimenté les marchés de la sous-région ouest-africaine en produits  fauniques  issus de la contrebande et en toute violation des lois nationales et internationales.

Contrairement aux années précédentes où la moisson aurait  toujours été bonne et sans être inquiétés, la journée du lundi 07 mai 2019 sera très noire  pour les deux présumés trafiquants en pleine transaction. Puisqu’ils seront appréhendés en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation de 60 peaux composées de celles de python, serval, civette, crocodile, céphalophe et de guib harnaché.

Selon des spécialistes en la matière, ces différentes peaux seraient issues des espèces animales intégralement protégées et partiellement protégées par le code de faune et règlementation de la chasse en Guinée, mais aussi de la Convention de Washington.

Les deux frères Touré risquent gros. Car, à en croire, aux dispositions prévues par le code de faune, de tels agissement sont prévus et punis par la loi. Déjà, l’article  168 du même code précise : « Quiconque détient, fait circuler ou commercialise des dépouilles ou trophées d’animaux sauvages sans certificat d’origine, est puni d’un emprisonnement de 1 à 5 ans et d’une amende de 10.000.000 à 50.000.000 GNF ».

Les deux présumés trafiquants méditent sur leur sort à la prison civile de Kissidougou en attendant d’un jugement. Quant aux peaux, elles ont été mises sous scellé par le parquet et confiées à la Section des Eaux et Forêts de la préfecture.

Pour mémoire, la Guinée est présentée comme une plaque tournante du trafic international des espèces sauvages et est toujours sous sanction par la Convention Internationale sur le Commerce des Espèces de faune et de flore sauvage menacée d’extinction (CITES).

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime organisé transnational. Il représente le 4ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.

Fatou KOUROUMA

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info