Accueil » Politique » Sidya Touré dévoile comment Alpha Condé compte faire adopter le projet de nouvelle constitution  

Sidya Touré dévoile comment Alpha Condé compte faire adopter le projet de nouvelle constitution  

Dans sa lutte contre les velléités du 3ème mandat ou de nouvelle constitution, le président de l’Union des forces républicaines reste droit dans ses bottes. Pour Sidya Touré, le président Alpha Condé n’a aucune chance de rester au pouvoir au-delà de 2020.

Au micro de VisionGuinee, l’ancien Premier ministre enseigne à Alpha Condé comment changer la loi suprême du pays. ‘’Il y a deux manières de changer la constitution. La première, c’est le referendum. La deuxième, c’est l’assemblée nationale’’, indique-t-il.

Et Sidya Touré de rappeler qu’à l’assemblée nationale, ‘’il y a 114 députés. Et il faut avoir 73 c’est-à-dire 2/3 pour changer la constitution’’.

L’ancien haut représentant du chef de l’Etat estime que le président Alpha Condé fait des manœuvres pour frauder lors des prochaines élections législatives pour disposer de la majorité absolue des députés à l’hémicycle et faire ainsi adopter le projet de nouvelle constitution

‘’Ce qu’on a préparé contre le referendum, il faut le préparer contre les élections législatives. C’est la même chose, c’est le même combat’’, lance-t-il à ses militants et sympathisants.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

3 comments

  1. En lisant cette analyse de Sidya Touré, Aboubakary Siriki boit du petit lait !! Contrairement à l’UFR, j’avais recommandé, il y a quelques mois, à l’opposition républicaine, notamment à l’UFDG, de ne pas boycotter l’Assemblée nationale, même si Alpha a prorogé le mandat des députés.
    J’avais demandé de ne pas pratiquer la politique de la chaise vide ; afin de ne pas laisser ainsi Alpha obtenir la majorité des 2/3 pour faire voter sa nouvelle constitution !!
    La voie parlementaire a été alors complètement verrouillée ; il ne reste plus que celle du référendum, qui est un véritable casse-tête pour le dictateur Alpha Condé (coût, liste électorale contestée, etc.). Le piège s’est refermé sur le dictateur Alpha !!
    Sacré Alpha et sa bande de copains et de coquins ; ils n’ont toujours pas compris que :
    pas de liste électorale consensuelle, pas d’élection en République de Guinée !!
    Et pas d’élection législative, avant l’élection présidentielle en République de Guinée !!
    A bon entendeur, salut !!

  2. Telle un anguille d’eau trouble, AC est plutôt en train de tromper ses principaux adversaires directs et l’opinion des Guinéens avisés. Tout comme il s’est assis sur la création d’une haute cour de justice (HJC), AC est en passe de réussir à préserver ses relais de fraude électorale que sont les anciens conseils de quartier et district dont le camp du RPG-AEC n’entend pas installer les remplaçants. Il faut avouer que ce n’est pas avec le ton des réclamations épisodiques du leader de l’UFDG qui va troubler leur sommeil sur ce dossier.

    Par ailleurs, contrairement à ce que certains croient, la seule véritable stratégie d’AC et ses conseillers, c’est du gain de temps sans organiser ni référendum ni législatives et ce, jusqu’à la fin du chantier du barrage de Souapiti notamment; dont il entend éblouir électoralement les Guinéens et rassurer ses partenaires occidentaux notamment.

    Et quand on évoque souvent à juste titre l’inefficacité de la ligne d’opposition de l’UFDG et de son leader, c’est entre raisons de n’avoir pas encore compris que le maître d’oeuvre de toute cette stratégie de glissement n’est autre que Me Kébé 2 et sa nouvelle CENI. Tout ce qui se joue ailleurs actuellement sous la houlette du gouvernement et du RPG-AEC n’étant essentiellement que du contre-feu pour divertir l’opinion.

    A l’inverse, la mobilisation que réussit progressivement le FNDC autour de l’objet même de sa création, va constituer de plus en plus un sujet de préoccupation pour AC et son clan de pilleurs mafieux.

    Ainsi, l’on pourrait réellement affirmer que les maigres chances de réussite d’une alternance politique en 2020 se trouvent entre les mains des 7 commissaires de l’opposition, et disons-le, plus particulièrement dans celles de son vice-président Bano Sow que CDD a chargé de représenter l’opposition républicaine (OR) à la CENI.

    Autant dire que tout cela reste particulièrement névralgique et indécis. D’où le cynique mutisme de prudence qu’entretient AC sur ce qu’il se prépare à faire réellement. Was-Salam !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info