Accueil » Société » Tibou Kamara sur le massacre du 28 septembre : ‘’Je n’ai pas été mêlé à ces évènements’’

Tibou Kamara sur le massacre du 28 septembre : ‘’Je n’ai pas été mêlé à ces évènements’’

Badra Koné, l’un des lieutenants du président de l’Union des forces républicaines (UFR), a déclaré samedi dernier que le ministre de l’Industrie et des PME, Tibou Kamara, fait partie de ceux qui ont planifié le massacre du 28 septembre.

Face à ces accusation, le ministre d’Etat conseiller spécial du président de la République n’est pas resté de marbre, plus de deux ans après son audition par le pool de juges d’instruction sur le dossier du 28 septembre.

Tibou Kamara a confié jeudi aux Grandes gueules qu’il n’est ni de près ni de loin mêlé à cette tragédie. ‘’Le 28 septembre. Je n’ai pas été mêlé à ces évènements. Je vais vous dire aujourd’hui la seule et unique raison pour laquelle j’ai été appelé à la justice. Je rappelle au passage qu’il y a eu l’audition de nombreuses personnes qui ont vécu ces évènements’’, a indiqué le ministre de l’Industrie et des PME.

Il poursuit en rappelant qu’il ‘’y a eu même des enquêtes internationales menées par des ONG indépendantes qui ne sont pas mêlées à nos conflits internes et qui donc sont supposées avoir faire un travail plus ou moins objectif. Aucune des institutions nationales et internationales et aucune des personnalités appelées à témoigner ne m’a cité ou n’a fait la moindre allusion à moi’’.

Il révèle que ‘’c’est dans sa déposition à lui que monsieur Sidya Touré a fait allusion à moi et proféré des accusations. C’est sur la base uniquement de ses affirmations que la justice a estimé que celui qui été mis en cause avait également le droit de se défendre. S’il n’y avait pas eu sa déposition, jamais je n’aurais été intéressé de près ou loin à cette affaire du 28 septembre’’.

Selon le ministre Kamara, dans sa déposition, ‘’Sidya Touré a prétendu que sur mon téléphone Dadis Camara l’a appelé, sans en situer les contextes et donner les raisons. Mais ce qui est le plus grave, c’est qu’il a prétendu avoir entendu quelqu’un qui serait à côte de Dadis, qu’il croit être moi, et qui lui a soufflé des mots à l’oreille’’.

Il rappelle que l’entretien téléphonique entre l’ancien chef de la junte et le président de l’UFR a eu lieu dans la nuit du 27 septembre. ‘’C’était à la veille du 28 septembre et on était loin d’imaginer ce jour-là  que le lendemain, la Guinée aurait connu l’une de plus grave tragédie de son histoire’’, assure-t-il au micro de la radio Espace FM.

Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 662 78 58 57/salimbalde91@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info