Accueil » Libre opinion » Le combat de la rue et les hostilités s’annoncent !

Le combat de la rue et les hostilités s’annoncent !

Un nouveau bras de fer s’annonce entre l’opposition, certaines organisations de la société civile et la mouvance présidentielle. Après les durs tiraillements nés du contentieux des élections locales, la Guinée s’apprête anxieuse, à suivre un autre round du combat que se livrent ces adversaires politiques depuis plusieurs années.

Cette fois, les protagonistes ont emprunte de nouveaux ‘’noms de guerre’’ : le FNDC (Front national pour la défense de la constitution), d’un côté et la CODENOC (Coalition démocratique pour une nouvelle constitution) de l’autre. Les slogans de ralliement de leurs troupes choisis comme : Amoulanfé contre Alanmanè indiquent que les hostilités s’annoncent houleuses.

Chacun de ces deux camps tente de justifier la nécessité et l’importance de sa lutte en fournissant des arguments pour faire prévaloir ses positions. Chose tout à fait normale dans une saine et véritable démocratie, mais que les visées politiciennes en Guinée ont ôté de toute substance objective.

En effet, rappelons la divergence fondamentale entre les protagonistes de la lutte sociopolitique en Guinée à un an de la fin de la présidence du Professeur Alpha Condé.

Pour le régime en place, après neuf années d’exercice du pouvoir, le moment est venu de doter la Guinée d’une toute nouvelle constitution, car jugeant l’actuelle imparfaite, illégitime et n’émanant pas de la volonté souveraine du peuple, mais imposée à celle-ci.

Les opposants au pouvoir, quant à eux estiment, fermement que la présente constitution ne souffre d’aucune imperfection. Ils considèrent que les velléités de la changer ne visent qu’à permettre au président Alpha Condé de rester au pouvoir après ses deux mandats non renouvelables.

Donc, vu ces postures diamétralement opposées, un combat périlleux s’annonce, aux conséquences fâcheuses pour la Guinée. Le dialogue national entame et conduit par le Premier ministre n’a pas enregistré la participation des formations politiques les plus importantes de l’opposition, d’où le manque de confiance des uns envers les autres.

L’annonce du FNDC, de l’organisation de manifestations sur toute l’entendue du territoire national contre tout referendum constitutionnel commence déjà, à faire une levée des boucliers dans le camp adverse.

Les esprits s’échauffent, les tons et les menaces se durcissent, faisant planer encore et comme toujours des confrontations dangereuses dans les villes, coins et recoins de la Guinée.

Cependant, ce qui étonne le plus dans ces moments d’inquiétude et d’incertitude, c’est le mutisme de ceux qui sont censés être des médiateurs, des moralisateurs….

On se demande, parfois, si réellement il y a en Guinée ou ailleurs des personnalités ou organisations soucieuses de la paix et de la stabilité dans ce pays pour mener des médiations pour éviter le pire.

Où sont les chefs religieux, coutumiers, le médiateur de la République, la Cedeao…pour engager des discussions ou négociations dans l’intérêt général de la paix, de la justice, de la démocratie…en Guinée ?

Allons-nous vers un autre épisode sanglant a l’image des évènements meurtriers de 2006, 2007, 2009…? Quand est-ce qu’allons-nous rompre avec ce sadisme pour être une nation normale qui respecte ses Lois et obéit aux principes et valeurs de la démocratie ?

Par Almamy Kemo

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info