Accueil » Société » Le tribunal de Dixinn rejette la demande de mise en liberté des membres du FNDC

Le tribunal de Dixinn rejette la demande de mise en liberté des membres du FNDC

La demande de mise en liberté des responsables du FNDC, poursuivis pour manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique et porter atteinte à l’ordre public, a été rejetée mercredi par le tribunal de première instance de Dixinn.  

Une décision qui a surpris Maître Mohamed Traoré, avocat de la défense, qui l’a fait savoir à la presse au terme de la première journée d’audience.

‘’A l’issue de cette audience, nous constatons qu’aujourd’hui en Guinée, lorsque vous appelez des citoyens à manifester de façon pacifique, vous commettez une atteindre grave à l’ordre public’’, martèle l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats.

‘’Nous constatons qu’aujourd’hui en Guinée que lorsque vous demandez aux entreprises de fermer pour ne pas être victimes de vandalismes, de violences et à des citoyens de rester à la maison pour ne pas que des contre-manifestants les agressent, vous commettez une atteinte grave à l’ordre’’, dénonce Maitre Traoré.

Un collectif d’avocats a été mis en place pour défendre les membres du FNDC qui ont maille à partir avec la justice. ‘’Nous sommes là pour démonter à l’opinion nationale et internationale que nous n’allons pas laisser passer cette injustice. Des avocats sont mobilisés jusqu’à la fin de la procédure, parce que force doit rester à la loi’’, rassure-t-il.

Lors de l’audience sous haute sécurité, le tribunal a rejeté la demande de mise en liberté provisoire formulée par les avocats de la défense. ‘’Nous pensions que le tribunal aurait donné aux prévenus une garantie d’indépendance, de bonne justice, mais nous restons sur notre faim sur cette question.  Et ce qui est le plus étonnant, c’est que même celui pour lequel le procureur avait demandé une liberté provisoire n’a pas été libéré. Nous ne comprenons la décision’’, laisse-t-il entendre.

Il affirme que le procureur de la République près le tribunal de première instance a opté pour une procédure de flagrant délit.

‘’Cela signifie qu’une fois que les mis en cause ont été traduits devant la justice, ils doivent être jugés immédiatement ou plus tard le lendemain. Mais aujourd’hui, c’est le procureur lui-même qui demande le renvoi, parce qu’il n’est pas prêt à plaider alors que c’est lui qui a engagé cette procédure. Il est censé maitrisé son dossier et à être prêt. C’est donc étonnant qu’il demande un renvoi’’, avance Maitre Mohamed Traoré.

Le procès a été renvoyé à vendredi prochain pour les plaidoiries et réquisitions.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info