Accueil » Société » Des avocats du Barreau de Guinée à l’école de la déontologie

Des avocats du Barreau de Guinée à l’école de la déontologie

C’est sous le thème : « Nos pratiques professionnelles et notre déontologie » qu’une session de formation, organisée par le Barreau de Guinée, a été lancée ce lundi 11 novembre à l’hôtel Kaloum. La rencontre réunit à Conakry des avocats qui verront leurs capacités renforcées afin de mieux exercer leur profession.

A l’ouverture de la formation, le bâtonnier a rappelé aux participants que l’avocat est un éternel apprenant.

‘’Aucun avocat ne peut se vanter de pouvoir se passer de la formation. Aucun avocat n’a le monopole de la connaissance’’, a déclaré Maitre Djibril Kouyaté, qui ajoute : ‘’Avoir la certitude qu’on a le monopole du savoir nous conduit tout droit vers l’abime de l’insuffisance et de la vantardise qui sont des comportements haïssables’’.

Le bâtonnier de l’ordre des avocats a invité les participants à s’approprier des contenus des différents modules qui leur seront dispensés  pour mieux pratiquer leur métier au quotidien.

Présent à la rencontre, le procureur général près la cour suprême a soutenu qu’n avocat bien formé est un partenaire clé de la justice. Tout en rappelant aux avocats qu’ils exercent un métier noble,  Maurice Lamey Kamano a assuré qu’il est ‘’important que nous puissions apporter tous les soins nécessaires à l’examen, aux études qui nous sont soumis par nos clients’’.

‘’Nous exerçons le métier d’avocat dans des conditions parfois pénibles et difficiles. Et y a des contraintes qui vont être levées dans le temps. La première de ces contraintes, c’est d’abord acquérir une bonne formation. Et je suis sûr que vous y parviendrez’’, a-t-il affirmé

Selon Me Philippe Mialet, formateur et avocat au barreau de l’Essonne, un accent particulier sera mis sur la déontologie de l’avocat tout au long de la session.

‘’En Guinée, les connaissances du droit ne pose pas problème. C’est plutôt la déontologie qui pose plus de problèmes. Pourtant, c’est la déontologie qui fait que nous existons, sinon d’autres feraient ce métier à notre place’’, a indiqué le formateur.

En France, a-t-il dit pour illustrer ses propos, ‘’nous avons une déontologie que nous avons développée depuis des siècles qui commence à être bien installée avec des règlements intérieurs qui sont bien établis. Cette déontologie, c’est la garantie du client. C’est la même chose qu’il faut faire en Guinée. C’est la raison pour laquelle le Barreau de Guinée a souhaité que nous partagions la déontologie de la profession d’avocat en Guinée et qui se pratique dans des barreaux francophones’’.

Avant de déclarer ouverte la formation, le chef de cabinet du ministère de la Justice a tenu à rappeler qu’un avocat bien formé, connaissant la déontologie de son métier contribue efficacement à l’atteinte des objectifs que le département de la Justice s’est fixées.

Mohamed Koly Camara soutient que ‘’sans la déontologie, il n’y a pas d’avocat’’, ajoutant que ‘’la profession repose absolument sur un ensemble de règles strictes auxquelles tout avocat doit obéir pour avoir la dignité et la confiance du peuple’’.

‘’L’avocat, qui est un maillon important de la justice, doit être de rigueur pour inspirer  confiance. Et nous avons besoin de formations continues pour nous remettre en cause et apprendre davantage’’, a-t-il conclu.

La formation prendra fin le 16 novembre prochain.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info