Accueil » Économie » Le ministre du commerce veut mettre de l’ordre dans la vente et la consommation de la chicha

Le ministre du commerce veut mettre de l’ordre dans la vente et la consommation de la chicha

La consommation de la chicha, mélange de tabac et de mélasse, qui se fume à l’aide d’une pipe à eau, a atteint un niveau alarmant en Guinée. Vendredi dernier lors d’une conférence de presse, le ministre du commerce a été interpellé sur ce phénomène qui prend de l’ampleur.

Boubacar Barry se dit préoccupé par la situation. Il affirme que son ministère ignore combien de variétés de chicha sont actuellement consommées dans notre pays.

‘’On ne sait pas aujourd’hui combien de variétés de chicha sont livrées en Guinée et quel est le nombre de locaux de consommation. La couche la plus touchée par cette question, ce sont nos enfants dont l’âge varie entre 13 et 17 ans. C’est extrêmement grave’’, s’inquiète le ministre du commerce.

Il affirme que les services chargés lutter contre les stupéfiants doivent prendre les devants. D’ici là, rassure-t-il, ‘’nous allons limiter les autorisations d’importation de chicha à trois opérateurs et faire en sorte  que les distributeurs agréés soient sous la responsabilité des importateurs pour qu’il y ait une certaine traçabilité de ce produit’’.

Libertinage….

En Guinée, estime Boubacar Barry, ‘’nous confondons liberté et libertinage. C’est un véritable problème. Dans les autres pays, les règles sont applicables à tout le monde. Ailleurs, vous ne verrez pas un enfant de 15 ans rentrer dans un lieu de consommation de chicha pour fumer’’.

Dans certains pays, poursuit-il ‘’vous ne pouvez même pas rentrer dans certains lieux si vous n’avez pas l’âge requis, à plus forte raison prendre une bière. Mais aujourd’hui, qui ne boit pas la bière, ne fume pas la chicha ? Donc c’est une question de responsabilité collective’’.

‘’L’administration est obligée de jouer son rôle pour assainir le secteur et assurer la sécurisé des populations. Ce travail, nous allons le faire et nous utiliserons tous les services de l’administration susceptibles d’aider à la lutte contre ce fléau’’, promet Big up.

D’après nos informations, une cinquantaine de bouffées de chicha sur une durée moyenne d’une heure, sont équivalentes à deux paquets de cigarettes. Le monoxyde de carbone présent dans la fumée de la chicha est en quantité 7 fois supérieure à celui présent dans la fumée d’une cigarette.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info