Accueil » Société » Ousmane Gaoual Diallo après l’attaque siège de l’UFDG à Kankan : ‘’Nul ne peut croiser les bras continuellement et être victime’’

Ousmane Gaoual Diallo après l’attaque siège de l’UFDG à Kankan : ‘’Nul ne peut croiser les bras continuellement et être victime’’

Le siège de l’UFDG à Kankan ainsi que des commerces ont été la cible d’actes de vandalisme, le lundi 6 janvier dernier à Kankan. Le camp de Cellou Dalein Diallo estime qu’il s’agit d’un piège du pouvoir visant à opposer des communautés les uns des autres. 

Le patron de la cellule de communication de l’UFDG appelle les guinéens à ne pas tomber dans le piège du pouvoir en place. Dans l’émission Africa 2015, Ousmane Gaoual Diallo se dit certain que le parti au pouvoir a ‘’planifié, organisé, poussé des gens à aller s’attaquer à de présumés militants de l’opposition’’.

Le député uninominal de Gaoual rapporte à nos confrères que ‘’certains [assaillants] avaient des propos ethniques qui visaient des gens qu’on jugeait appartenir à l’ethnie du chef de file de l’opposition’’.

Aux dires d’Ousmane Gaoual, les autorités Kankan savent pertinemment qui est le principal auteur de cette attaque.  ‘’C’est un syndicaliste connu. Le RPG l’a toujours utilisé pour des actes de violences contre l’opposition et des gens qu’il juge indésirables dans la ville de Kankan. Il faut le mettre aux arrêts. C’est tout ce que nous attendons de l’Etat’’, indique-t-il.

‘’Nous conseillons à nos militants et à tous les citoyens guinéens de ne pas tomber dans ce piège, mais ce sont des êtres humains. Nul ne peut croiser les bras continuellement et être victime de gens frustrés d’une gouvernance qui n’arrive pas à trouver le bon chemin pour créer la prospérité, l’équilibre dans notre pays’’.

Pour Ousmane Gaoual Diallo, le préfet de Kankan, Aziz Diop, minimise la gravité de la situation.  ‘’Il n’a pas bougé, il s’est contenté d’une déclaration laconique’’, regrette-t-il. Pourtant, rappelle-t-il, ‘’Kankan est une capitale régionale. Il est inconcevable que des gens se mettent dans un minibus, sèment la terreur dans beaucoup de quartiers sans que les forces de l’ordre ne puissent réagir (…). Cette situation pouvait emmener l’Etat à renvoyer toutes les forces de sécurité de Kankan, mais aussi le gouverneur et le préfet’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info