Accueil » Libre opinion » Déshumanisation des adversaires politiques : une limite dangereuse a été franchie ce week-end

Déshumanisation des adversaires politiques : une limite dangereuse a été franchie ce week-end

Aboubacar-RPG-Condé poste sur page Facebook, en les juxtaposant, une photo de l’activiste Sékou Koundouno et d’un gorille et partage aux guinéens son commentaire lumineux : « C’est en Guinée seulement qu’on donne la parole à un gorille sinon dans les autres pays ceux qui doivent la parole sont connues. Trop de démocratie sa devient de l’anarchie et c’est ce nous vivons actuellement aux autorités de prendre les mesures draconiennes ».

Relisez bien ce texte écrit pour le brillant Aboubacar RPG Condé, il est d’abord le reflet de notre système éducatif moribond. Les fautes, la qualité de l’écriture, j’en passe. Ce n’est en effet pas cela qui m’a poussé à réagir, mais le message en lui-même.

Pour être juste avec M. Condé, il est loin d’être le seul à avoir fait une telle publication nauséabonde. D’autres « communicants » ont eu des posts semblables pour soutenir le Ministre Bantama Sow. La logique est d’être solidaire avec le « soldat » Bantama en toute circonstance, y compris dans la bêtise.

Le post de M. Condé a particulièrement retenu mon attention en raison du commentaire qui a accompagné les photos postées. Il s’inscrit dans une logique de déshumanisation grave de l’adversaire.

La déshumanisation animale, puisque c’est de ça qu’il s’agit ici, renvoie au fait de considérer un individu comme un animal en lui retirant les attributs propres à l’être humain, tels que son d’intelligence, sa moralité, sa culture ou son contrôle de soi.

L’idée est de convaincre l’opinion que son comportement est moins rationnel que les autres, davantage guidé par des instincts et des désirs. C’est donc une négation des caractéristiques humaines d’un individu.

L’objectif est de lui refuser le droit à la dignité, au respect et conduire ainsi la population à être insensibles aux violences dont les acteurs indexés sont victimes.

Une autre forme de déshumanisation a été utilisé à l’encontre du Ministre Yero, qu’un supposé « caractère peul » aurait fait démissionner. C’est qui est difficile avec une telle propagande, aucun peul n’y échappe. Tous condamnés à la trahison et à la fourberie. Ils sont nés pour tromper !  Pourtant, ce Monsieur a eu le courage que peu de ministres ont : s’entretenir avec le président de la République, avant de démissionner.

Cette deshumanisation, qui prend donc des formes assez variées, est généralement précédée dans l’histoire des sociétés humaines par :

  • La classification ou la segmentation, c’est-à-dire la division de la société par des groupes en position d’autorité entre « nous » et « eux ». La classification est souvent faite selon l’origine ethnique, la race, la religion ou la nationalité.
  • La symbolisation ou l’essentialisation qui renvoie à l’identification des gens selon des appartenances réelles ou supposées. Cela se matérialise en Guinée par l’identification des gens en tant que peuls, malinkés, soussous ou forestiers. On peut également les distinguer par des couleurs, des vêtements symboliques, ou des supposés caractères qui sont sensés les définir totalement.
  • La discrimination ou la différentiation qui renvoie au fait qu’un groupe dominant utilise la loi, les coutumes et le pouvoir politique afin de nier les droits d’autres groupes.

Une fois que la discrimination s’est normalisée, la déshumanisation intervient comme une affirmation par la propagande de la valeur moindre du groupe victime par rapport au groupe dominant. Les victimes sont assimilées à des animaux, des insectes ou des maladies.

Cette étape de déshumanisation précède souvent la répression et la polarisation accrue de la société. Tous ces éléments concourant à la dislocation de la société.

C’est pourquoi, toute société guinéenne doit réagir vigoureusement quand des acteurs politiques (comme le Ministre Bantama) et leurs « communicants » optent pour la déshumanisation des adversaires.

Aucune société ne devrait banaliser la déshumanisation d’une de ses composantes, autrement elle s’expose à la fracture et à la destruction. Le RPG devrait fixer à ses « communicants » des limites claires en la matière. Monsieur Condé doit au minimum retirer son post et s’excuser. Le guinéen lambda aimerait entendre la HAC ou le Procureur de la  République.

Les autorités et les citoyens doivent respecter tous les droits civils, politiques et la jouissance au droit à la citoyenneté pour tous les groupes au sein de la société. Toute discrimination fondée sur l’ethnicité ou la religion est illégale en Guinée, elle devrait être donc vigoureusement combattue.

Pour finir, je souhaiterai informer Monsieur Condé et Monsieur Bantama Sow que le gorille partage plus de 98% de notre patrimoine génétique. Les gorilles constituent nos plus proches cousins, juste après les chimpanzés et les bonobos.

Monsieur Condé devrait savoir également qu’un gorille s’apparente plutôt à un gentil géant qui ne demande qu’à vivre en toute tranquillité. C’est le seul lien qu’il est possible de faire avec le frère Sekou Koundouno.

Sekou Koundouno, tu es un géant. Ne t’abaisse au niveau des petits médiocres de la République. Tu es du côté de la vérité. La Guinée a besoin de ton énergie et de celles de tes camarades.

Alhassane DIAKITE

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Ce n’est pas sans peine que je prends la parole pour dire quelle lecture je fais de cette attitude de Bantama Sow, Aboubacar Rpg Condé et autres. Alpha, tout récemment, déclarait à Mamou qu’il ne souhaitait pas voir saucissonné l’électorat guinéen. Ce n’est pas parce qu’il est Maninka ou musulman que des malinkés ou musulmans devraient voter pour lui. A cœur, l’électeur devrait avoir pour priorité le contenu et la pertinence du programme. Mieux, sur tous les toits, il est clamé qu’on est en régime démocratique. Le choix de chaque citoyen doit compter. Dans les textes régissant notre vivre ensemble, tout est bien dit
    Dans le comportement, c’est autre chose. Le fait que cette attitude de Bantama et Aboubacar n’est pas éveillée la conscience collective du parti au pouvoir donne à réfléchir. Je réalise que nous sommes sur un terrain sauvage, Inculte. Qu’on applaudisse aux propos de ce genre prouve avec éloquence que la politique, en Guinée, déshumanise au lieu de rassembler. De la part d’un professeur, on s’attend à plus de responsabilité. De deux choses l’une: ou bien l’État cautionne l’irresponsabilité ou bien les lois de la République n’ont aucun fondement juridique. M. Condé devrait, avec ce niveau qu’il affiche, être, purement et simplement, remercié de la fonction publique guinéenne. Et lui et ses 12 autres collègues dont un professeur de philosophie devraient subir un renvoi pur et simple. De quelle école sont-ils sortis? C’est une honte nationale.
    Sékou Koundouno est un grand homme. Du moins, il est plus grand que tous les cadres présents à cette réunion où il fut comparé à cet animal. Croyez-vous vraiment en Allah? Savez-vous que la grandeur de l’homme ne se mesure que par son apport social. Votre responsable de jeunesse dont la vidéo a circulé dans une indécence totale devrait se donner la mort. Ceux qui ont volé les 20 millions de dollars saisis par la douane sénégalaise devraient arrêter de nous gouverner. Nous pouvons au Rpg que nous sommes de petites gens. Exception faite bien évidement de ceux qui y sont par conviction.
    Abdoulaye Yero a rendu le tablier. Il ne se reconnaît plus dans les valeurs actuelles du rpg. Il l’a clairement exprimé à qui de droit. C’est normal. L’homme, c’est d’abord sa parole d’honneur. Je ne peux faire de parjure. L’homme doit être fidèle à son idéal. On se bat pour des valeurs. Dès l’instant que celui qu’on sert dévient un rufian, un proxénète, un entremetteur en politique, il faut s’en séparer. Yero et Sékou deviennent des héros. Quelqu’un m’a dit qu’il n’y a plus un Sékou Koundouno ou un Yero, mais des sékou et des yero. Ce sont toutes les générations de Guinéens qui se reconnaissent en eux.
    Si le procureur ou le ministre de la citoyenneté ou le ministre de la justice ne réagissent pas, c’est dire que la Guinée n’a plus de raison d’être. La vierge de la justice a été violée tant par le grand commis de l’État qu’est Bantama Sow, que par Aboubacar Rpg Condé et sa clique et tous les cadres du rpg qui n’ont pas condamné de tel propos incendiaire. Honte à nous

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info