Accueil » Société » Le directeur de la police judiciaire et le commandant de la BRI poursuivis en justice

Le directeur de la police judiciaire et le commandant de la BRI poursuivis en justice

Le directeur central de la police judiciaire, Aboubacar Fabou Camara et le commandant de la Brigade de répression et d’intervention (BRI), Mohamed Lamine Simakan, sont visés par une plainte formulée par Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo.

Ces deux officiers de police judiciaire sont appelés à comparaitre le jeudi 19 mars prochain au tribunal de première instance de Dixinn, statuant en matière correctionnellement, dans la salle ordinaire des audiences.

L’avocat des plaignants indique que le vendredi 6 mars, aux alentours de 19h, ‘’Ibrahima Diallo et sa famille ont reçu la visite opinée, mais préméditée, des agents de la Brigade de répression et d’intervention (BRI) avec à leur tête Mohamed Lamine Simakan’’.

Maitre Pépé Antoine Lama précise que ‘’ces agents, au nombre de 20 environ, à bord de trois pickups de la police, venus sur instructions du commissaire Aboubacar Fabou Camara, ont semé panique, désolation et terreur au domicile’’ d’Ibrahima Diallo.

Sans titre ni droit, indique-t-il, ces assaillants ont, violement cogné le portail avant de s’introduire dans la cour de la concession en escaladant le mur. ‘’Certains cagoulés et d’autres munis de gilets pare-balles et armés, ils ont défoncé la porte d’entrée pour s’introduire dans la maison où se trouvaient Ibrahima Diallo et famille qui venaient de recevoir la visite de Sékou Koundouno’’, explique-t-il.

Les hommes du patron de la police judiciaire sont accusés d’avoir ‘’cassé la table à manger, saccagé tout ce qu’ils ont pu et brutalisé Asmaou Barry, épouse d’Ibrahima Diallo’’.

Ils ont ensuite interpellé Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo pour les conduire dans les locaux de la direction centrale de la police à Kaloum. L’avocat rappelle leur interpellation aux airs de kidnapping est consécutive à l’organisation vendredi dernier d’un point de presse par des membres du FNDC pour répondre aux ‘’graves accusations portées à leur encontre par le commissaire Fabou Camara et dénoncer les révélations de mise sous écoute téléphonique’’.

Il estime que ‘’sans aucun motif et au mépris’’ des lois de la République, le commissaire Fatou Camara a ordonné l’arrestation et la détention de Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo dans les locaux de son service.

Lundi, Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno ont été inculpés pour violences et voies de faits, outrage à agents et production, diffusion de données de nature à troubler la sécurité publique et à porter atteinte à l’honneur et à la dignité humaine.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info