Accueil » Société » Voici comment les avocats du FNDC ont réussi à convaincre la justice de libérer Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo

Voici comment les avocats du FNDC ont réussi à convaincre la justice de libérer Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo

La justice a ordonné jeudi la remise en liberté de Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo, placés sous mandat de dépôt depuis le lundi 9 mars dernier à la maison centrale de Coronthie.

Après leur déferrement à la maison centrale, le collectif des avocats du FNDC a saisi la première chambre de contrôle de l’instruction de la cour d’appel de Conakry qui a rendu une décision, ce jeudi 12 mars, ordonnant la libération des prévenus.

‘’Nos clients Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo ont été inculpés (…). Le juge d’instruction qui avait été saisi a pris deux ordonnances de placement sous contrôle judiciaire. Nous avons relevé appel. Sur le fondement de l’article 294 du code de procédure pénale, nous avons engagé une procédure afin d’obtenir leur mise en liberté’’, a expliqué Maitre Mohamed Traoré.

Selon l’avocat, dans la requête formulée par la défense, ‘’nous avons dénoncé les conditions dans lesquelles nos clients ont été arrêtés. Nous avons relevé le fait que nous ne comprenons pas pourquoi nos clients ont été déférés devant le parquet de Mafanco qu’ils habitent tous dans le ressort du tribunal de première instance de Dixinn (…). Sur le plan territorial, la compétence devait être dévolue au tribunal de première instance de Mafanco’’.

La défense a prouvé que Sékou Koundouno et son compagnon de lutte Ibrahima Diallo ont eté entendus dans les locaux de la police judicaire en l’absence de leurs avocats, précisant que cela  une violation des droits des prévenus.

La présidente de la première chambre de contrôle de l’instruction de la cour d’appel de Conakry a infirmé l’ordonnance rendue, le 9 mars dernier, par le juge d’instruction Almamy Sékou Camara du 6e cabinet au tribunal de première instance de Mafanco.

Elle a ordonné la remise en liberté de Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo, tout en les plaçant sous contrôle judiciaire. Ils doivent se présenter une fois par semaine au cabinet du juge d’instruction en charge de l’affaire.

Selon Maitre Traoré, cette décision est insusceptible d’appel. ‘’Même si le ministère public n’était pas d’accord, il ne pourra faire aucun recours’’, a précisé l’avocat.

Il annonce que la défense compte saisir la cour pour annulation pure et simple de la procédure déclenchée contre Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info