Accueil » Société » Le SLECG n’entend pas reculer ‘’même si on doit continuer la grève jusqu’en fin d’année’’

Le SLECG n’entend pas reculer ‘’même si on doit continuer la grève jusqu’en fin d’année’’

Le syndicaliste Aboubacar Soumah a prévenu mercredi qu’il est hors de question de suspendre le mot d’ordre de grève tant qu’une proposition concrète sur la revendication salariale de 8 millions et l’engagement des contractuels d’Etat à la fonction publique.

‘’Ne nous laissons pas faire, continuons notre combat sans reculer. Tant qu’on n’est pas satisfaits, même si on doit continuer la grève jusqu’en fin d’année, restons dans cette posture. Si vous êtes fatigués, vous me le dites. Nous sommes arrivés à un point de non-retour’’, a-t-il indiqué à des enseignants réunis en assemblée générale au siège du SLECG.

Aboubacar Soumah assure que le mouvement de débrayage est loin de de s’essouffler. ‘’La grève est largement suivie, continuons à rester à la maison. Le gouvernement nous appellera. Mais il n’est pas soucieux de l’avenir du pays. Depuis leur avènement au pouvoir, ils ne parlent que de la politique. Pas de développement économique et social, ils ne parlent que de politique et comment protéger leur pouvoir’’, a soutenu le syndicaliste.

Il accuse les dirigeants de faire main basse sur ‘’nos mines qui ne profitent qu’à eux. Ils sont là à nous amadouer. Lorsque nous réclamons nos droits, ils disent que nous faisons de la politique. C’est bien, nous faisons de la politique. Puisque la politique qui nous gère est une mauvaise politique d’exploitation du peuple et nous refusons cela’’.

Il précise le SLECG mène un combat pour ‘’l’amélioration des conditions de vie des enseignants. Parce que nous en avons marre de la précarité dans laquelle nous vivons. Nous en avons marre des conditions difficiles dans lesquelles nous enseignons les enfants’’.

Aboubacar Soumah appelle les enseignants à resserrer les rangs et à ‘’continuer la grève jusqu’au bout. Ce combat n’est orienté que contre les prédateurs de ce pays qui se sont accaparés des biens de ce pays et qui veulent pas partager. Tant que notre part ne nous est pas remise, nous allons continuer à dénoncer. Notre combat est légitimité, nous ne l’abandonnerons pas. S’ils sont hommes, ils n’ont qu’à bouffer le salaire d’un seul enseignant en grève’’.

Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 662 78 58 57/salimbalde91@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info