Accueil » Société » Tueries dans les manifs en Guinée : le FNDC saisit la Cour pénale internationale (CPI)

Tueries dans les manifs en Guinée : le FNDC saisit la Cour pénale internationale (CPI)

Des manifestants dans la rue Le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) a révélé jeudi qu’un ‘’vaste complot’’ est en cours de préparation contre ses leaders visant à faire croire à l’opinion nationale et internationale qu’ils sont les instigateurs des meurtres perpétrés lors des différentes manifestations.

"

Selon le FNDC, des images et vidéos sont en cours de montage par les services de l’Etat appuyés par des experts étrangers pour tenter de confondre les leaders du FNDC.

Quelques jours plus tard, les avocats du mouvement que dirige l’ancien ministre Abdourahamane Sanoh, ont publié un communiqué annonçant la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) sur des crimes commis en Guinée à l’occasion des manifestations contre le changement de constitution.

VisionGuinee vous propose ci-dessous l’intégralité dudit communiqué…

Les soussignés indiquent avoir déposé, mercredi 29 avril 2020, en qualité de Conseils des membres du Front national de défense de la Constitution (« FNDC »), mouvement citoyen créé le 3 avril 2019 en Guinée et réunissant les principaux partis d’opposition, des organisations de la société civile et des syndicats, un signalement auprès de la cour pénale internationale en application de l’article 15 du Statut de Rome.

En menant une répression violente contre l’opposition politique depuis plusieurs années, le gouvernement du Président Alpha Condé s’est en effet rendu coupable de violations graves et répétées de droits fondamentaux d’une partie de la population. Ces persécutions qui visent ces derniers mois le Front National pour la Défense de Constitution et ses partisans, sont fondées sur des considérations politiques et ethniques, de nature à justifier la qualification de crimes contre l’humanité.

La population guinéenne n’a pas à être prise en otage de la volonté d’Alpha Condé de se maintenir au pouvoir, encore moins au prix de très graves violations des droits fondamentaux, d’une torsion de la Constitution et d’une instrumentalisation de la crise sanitaire pour tenter d’étouffer toute forme d’opposition. L’impunité doit cesser aussi pour que la Guinée puisse prétendre à une reconstruction démocratique.

Les soussignés attendent de cette procédure qu’après un examen préliminaire par le Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale, qu’elle débouche sur l’ouverture d’une enquête sur la situation. Ils attendent en effet de la CPI qu’elle enquête notamment sur une série de meurtres pouvant être qualifiés de politiques et sur la répression qui s’opère depuis plusieurs années sur les opposants, compte tenu de l’impossibilité de voir des enquêtes indépendantes menées en Guinée et de voir les responsables traduits en justice devant les juridictions nationales.

Fait à Paris, le 30 avril 2020

William BOURDON
Vincent BRENGARTH

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. FNDC:Il faudrait déposer aussi la poursuite contre Alpha Condé à l’UA et à la CÉDÉAO.

  2. ce cafard alifa kone doit etre degage par tous les moyens; nous devons jamais baisser les bras face a ce cafre et son petit group de delinquants criminels.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info