Accueil » Politique » Un député juge inopportune la reprise des manifestations du FNDC

Un député juge inopportune la reprise des manifestations du FNDC

Alors que le Front nationale pour la défense de la constitution (FNDC) a annoncé la reprise des manifestations dès le 8 juillet prochain, le député Ibrahima Sory Diallo estime que le moment n’est pas opportun pour mobiliser des foules en cette période de crise sanitaire liée au Covid-19.

Le FNDC entend protester dans la rue pour exiger la libération immédiate de ses centaines de militants et sympathisants du FNDC kidnappés à travers le pays et rappeler à Alpha Condé qu’il ‘’n’y aura jamais de 3ème mandat’’ en Guinée.

Le coordinateur du Bloc de l’opposition constructive (BOC) estime que ‘’le FNDC doit faire très attention. Ils sont en train de violer la constitution. La cour constitutionnelle qui a statué en faveur de la constitution actuelle. S’ils veulent défendre la constitution, ils n’ont qu’à le faire pour celle qui vient d’être validée par la cour constitutionnelle, sinon ils sont hors-la-loi. Lorsqu’une personne ne respecte pas les lois de la République, elle est en faute’’.

‘’Il y a eu du forcing pour avoir la nouvelle constitution, mais à partir du moment où la cour constitutionnelle l’a validée, le FNDC devrait saisir des juridictions supranationales pour attaquer la décision de la cour. C’est ce qui devrait se faire, pas continuer à manifester contre une constitution qui a déjà été validée’’, ajoute-t-il.

Ce député issu du double scrutin du 22 mars désapprouve la décision du FNDC de reprendre les manifestations rue.

‘’Lorsque vous organisez des manifestations, vous devez donner les motifs. Si le motif, c’est pour entrainer des troubles à l’ordre public, personne ne va accepter cela. Lorsque vous organisez une manifestation, le motif doit être connu par les autorités’’, indique-t-il à ses anciens pairs du FNDC.

‘’Lorsque les manifestations doivent se tenir, il faut chercher le moment opportun pour le faire. Vous ne pouvez pas attendre, pendant que le monde entier est frappé par un virus, pour sortir dans la rue. Ce n’est pas possible. Je pense que la Guinée ne bougera pas. Lorsque le président annoncera la fin du confinement, ils pourront reprendre leurs manifestations. Mais pour le moment, on est en  situation de crise’’, conclut Ibrahima Sory Diallo.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Ibrahima soly Diallo, tu montres là une facette machiavélique de ton être. Tu n’est pas sans savoir que le fait de procéder à un forcing électoral est un non droit, sans parler la mise en danger volontaire de la des citoyens est aussi constitutive de haute trahison et d’homicide volontaire. Par ailleurs la légitimité est populaire et exclure la majorité des citoyens prouve suffisamment que toi et tes partenaires sont dans l’illégalité totale. Mais comme Ali pan pan, il faudra mettre du feu dans vos derrières pour que vous compreniez.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info