Accueil » Libre opinion » La Céni va-t-elle organiser une nouvelle mascarade électorale ?

La Céni va-t-elle organiser une nouvelle mascarade électorale ?

Selon un analyste politique guinéen, “à la moindre occasion, la Céni va bel et bien organiser une nouvelle mascarade électorale. La prochaine élection présidentielle risque d’être pire que toutes les élections organisées par le régime d’Alpha Condé”.

"

Depuis début juin, la Céni a commencé les préparatifs de la prochaine élection présidentielle. Elle est parvenue à faire oublier à la classe politique et des organisations engagées au sein du Front national pour la défense de la Constitution (Fndc) qu’elle avait organisé le 22 mars des élections incroyables. Des partis politiques, notamment l’Ufdg, semblent même être plus engagés dans la bataille pour l’installation des conseils de quartiers et de districts que pour la préparation de la prochaine élection présidentielle.

Pour un commentateur politique, “l’Ufdg et ses partenaires, notamment l’Ufr de Sidya Touré, le BL de Faya Millimono, le Pades d’Ousmane Kaba ou encore le Pedn de Lansana Kouyaté consacrent plus de temps à discourir sur l’illégalité de l’Assemblée nationale, de la Constitution du 22 mars que de voir comment forcer le gouvernement à organiser le dialogue préalable nécessaire pour la tenue d’élections apaisées, inclusives et démocratiques’’.

Plan de match établi par la Présidence

Marie Madeleine Dioubaté, candidate à l’élection présidentielle de 2015, invitée dans l’émission Œil de lynx, a dit qu’elle ne “va participer à des élections dont on connait à l’avance les résultats (…). Après avoir souligné que “le fichier électoral, contrôle la CENI, le ministère de l’intérieur, la Cour constitutionnelle, la Cour suprême” sont contrôlés par le président Alpha Condé et ses partisans, elle estime participer “à des élections présidentielles, c’est simplement pour les accompagner. Parce que même si le président Alpha Condé ne se présente pas, s’il présente un candidat du RPG, c’est lui qui va gagner les élections’’.

Pour elle, c’est la raison pour laquelle elle ne va “pas participer à l’élection présidentielle compte tenu du contexte. Parce qu’aujourd’hui, il y a eu des multiples violations de la constitution par Alpha Condé. C’est la défaillance de nos institutions qui a permis le maintien du président, sinon depuis longtemps on aurait dû le destituer”.

La Céni ne doit pas proposer une date sans consulter les acteurs

Pour Jacques Gbonimy, ancien Commissaire de la Céni, qui dirige l’Upg fondée par Jean-Marie Doré, décédé le 29 janvier 2016, “la Ceni a avancé une date sans qu’elle ne soit prête. Depuis l’annonce de la date, on ne voit rien sur le terrain. C’est vrai que c’est une proposition de date à la suite de laquelle on va peut-être avancer un chronogramme, mais nous pensons qu’il n’est pas bon de proposer une date sans concertation préalable avec les partis politiques et même les acteurs de la société civile impliqués dans l’organisation des élections’’.

Après avoir fait remarquer qu’aujourd’hui “nous avons, au-delà des préalables, besoin d’un dialogue sincère pour aller à la présidentielle’’, il souligne qu’on “ne peut pas aller aux élections avec un fichier malpropre comme celui qui a géré les élections du 22 mars où on a pénalisé plus de 2.400.000 électeurs’’Lire la suite sur Guinafnews.info en cliquant ici.

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info