Accueil » Société » Moustapha Naité : ‘’Nous avons hérité d’un réseau routier qui était à plus de 80% en état de dégradation’’

Moustapha Naité : ‘’Nous avons hérité d’un réseau routier qui était à plus de 80% en état de dégradation’’

Le ministre des Travaux publics a échangé vendredi avec des hommes de médias sur la notion des travaux d’urgence. Lors de cette session d’informations, Moustapha Naité a annoncé que notre pays a besoin de reconstruire ses routes vieillissantes.

Pour le patron du ministère des travaux publics, cette rencontre est une façon de mettre les hommes de médias au même niveau d’information que son département. Il annonce des travaux en cours pour la reconstruction de 800 Km de routes. ‘’Les voiries urbaines de Conakry, les routes de Coyah, Kindia, Mamou, Dabola jusqu’à Kouroussa, celle de Coyah-Forécariah, ainsi que d’autres  sont en construction’’, annonce-t-il.

Selon Moustapha Naité, ‘’nous avons un réseau routier vieillissant revêtu et qui fait plus de 2300 Km. Ce sont des routes qui ont été construites soit en 1972 ou en 1990. C’est pourquoi, il y a un besoin de reconstruction aujourd’hui. Si les moyens ne sont pas disponibles pour la reconstruction de l’ensemble du réseau revêtu, il est important de passer à des travaux de réhabilitation, d’élimination des points critiques’’, indique-t-il.

Le ministre en charge des Travaux publics a évoqué les raisons de la dégradation des infrastructures routières. ‘’Il y a l’effet des poids lourds. Une convention signée avec Afric Pesage nous a permis de comprendre qu’en l’espace d’une année, notre route est réellement agressée à plus de 5% (…). C’est pour dire combien de fois nos routes sont agressées. L’ennemi numéro 1 de la route, c’est l’eau. Avec la grande pluviométrie et le manque d’aménagement, les routes se dégradent. Il faut aussi adapter les routes en fonction de la croissance de la population et le trafic de nos jours’’, explique-t-il.

‘’Une route comme Mamou-Faranah, initialement construite en 1972 et a été refaite en 1991, n’avait en 2000 que 280 véhicules là-dessus. Mais aujourd’hui, c’est plus de 2300 véhicules qui y circulent, soit 10 fois plus de véhicules. En plus, il y a les poids lourds. Donc c’est une route qui n’est plus adaptée et qui a besoin d’être entretenue le temps de trouver  les moyens pour sa reconstruction’’, précise-t-il.

Le ministre Naité affirme que les travaux d’urgence sur les infrastructures routières ne sont pas propres qu’à la Guinée. ‘’C’est une terminologie qui est acceptée partout dans le monde’’, dit-il, assurant que suite à des instructions du président de la République, des dispositions ont été prises pour ‘’intervenir immédiatement soulager la population’’

‘’Nous avons hérité d’un réseau routier qui était à plus de 80% en état de dégradation. Avec la reconstruction de 800 Km de routes aujourd’hui, nous pensons que nous allons vers une tendance baissière qui va nous permettre de mieux circuler’’, rassure le patron du département des Travaux publics.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info