Accueil » Politique » Mali : l’opposition exige ‘’plus que jamais la démission’’ d’IBK et rejette les propositions de sortie de crise de la CEDEAO

Mali : l’opposition exige ‘’plus que jamais la démission’’ d’IBK et rejette les propositions de sortie de crise de la CEDEAO

Le Mouvement du 5 juillet-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) n’a pas dit son dernier. Réclamant le départ immédiat du président Ibrahima Boubacar Keita, cette entité regroupant des entités des partis politiques et organisations de la société civile, a rejeté les propositions de sortie de crise faites lundi à l’issue du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la CEDEAO.

Par visioconférence lundi, les chefs d’Etat de la CEDEAO, pour mettre fin à la crise qui secoue le Mali, ont appelé à la démission de 31 députés, dont le président de l’assemblée nationale. Ils ont proposé au président IBK de former un gouvernement d’union nationale et invité le M5-RFP à rejoindre l’équipe gouvernementale.

Les dirigeants ouest-africains ont demandé aux autorités maliennes de procéder à la mise en place d’une commission d’enquêtes pour situer les responsabilités sur les récents actes de violences qui ont causé des morts et blessés ainsi que des dégâts matériels.

Des propositions que rejette en bloc le M5-RFP qui continue d’exiger le départ pur et simple du président malien. Déclaration…

Le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) a appris avec étonnement les conclusions du Sommet extraordinaire de la Conférence des Chef d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO tenu ce 27 juillet 2020, lequel à l’instar de la Mission conduite par M. Goodluck Jonathan, continue de ramener la crise sociopolitique au Mali à un simple contentieux électoral du deuxième tour du scrutin législatif.

Aussi, les décisions « instamment » prises par le Sommet réitèrent aussi « la démission immédiate des 31 députés contestés, la recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, la mise en place rapide d’un Gouvernement d’union nationale, ainsi que la mise en place rapide d’une commission d’enquête » pour situer les responsabilités dans les cas de décès, de blessés et destructions des biens, et la mise en place d’un Comité de Suivi de toutes les mesures prises.

Par ailleurs, le Sommet a cru bon d’insister sur la mise en place par la CEDEAO « d’un régime de sanctions contre ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation de cette crise ».

En fait, les décisions du Sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO reposent sur des approximations très improbables telles que la démission hypothétique de députés dont l’élection est contestée, l’injonction faite à M. Ibrahim Boubacar Keïta d’user de pouvoirs exceptionnels constitutionnels pour une reconstitution au forceps de la Cour constitutionnelle, la composition partielle d’un gouvernement, etc.

Aussi, le M5-RFP constate, avec regret, que les conclusions du Sommet des Chefs d’Etat ne tiennent pas compte de la profondeur et de la gravité de la crise sociopolitique qui hypothèque l’avenir du Mali, ne correspondent aucunement aux attentes et aspirations du Peuple malien et surtout violent les lois et la Constitution du Mali que respectent le Mouvement.

Pourtant, les conséquences catastrophiques de la mauvaise gouvernance de M. Ibrahim Boubacar Keita, les violations récurrentes de la Constitution de son fait et sous son magistère, la confiscation des principes républicains garantissant l’alternance démocratique, jurent avec la protection dont ses pairs semblent le couvrir, en méconnaissance totale de l’article 32 du Protocole A/SP1/12/01 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance disposant que : « Les Etats membres conviennent de ce que la bonne gouvernance (…) est essentielle pour la préservation de la justice sociale, la prévention des conflits, la sauvegarde de la stabilité politique et de la paix et le renforcement de la démocratie ». A défaut, une gamme de sanctions prévues aux articles 44 et suivants dudit Protocole frapperait l’Etat contrevenant.

Par ailleurs, des insinuations tentent de diluer les revendications populaires républicaines en brandissant l’épouvantail terroriste-islamiste et divertir le Peuple malien qui a, depuis des siècles, opté pour la tolérance religieuse, l’islam choisi et la laïcité. Venant de M. Ibrahim Boubacar Keïta à l’endroit de l’Imam Mahmoud Dicko, qui avait pourtant fortement infléchi les revendications populaires à son encontre, de telles insinuations relèvent d’une tentative désespérée de noyer sa propre incapacité à juguler une lancinante crise multidimensionnelle qu’il a lui-même fortement aggravée.

Le M5-RFP, réaffirmant sa détermination à mener son combat pour sauver le Mali menacé de disparition en tant qu’Etat, Nation, Démocratie et République laïque, exige plus que jamais la démission de M. Ibrahim Boubacar Keïta et de son régime qui portent l’entière responsabilité de cette sinistre perspective pour notre Pays.

Le M5-RFP réitère son exigence d’actions judiciaires y compris devant la Cour pénale internationale (CPI) contre les auteurs, commanditaires et complices des tueries et exactions commises contre les manifestants à mains nues par les Forces spéciales antiterroristes (FORSAT), tant à Sikasso qu’à Bamako, dans les rues, domiciles et lieux de culte, et sa demande de libération de l’Honorable Soumaïla Cissé, Chef de file de l’opposition.

Le Peuple malien demeurera mobilisé et déterminé pour la mise en œuvre de son droit constitutionnel à la désobéissance civile, sur l’ensemble du territoire national et dans la Diaspora, jusqu’à l’aboutissement de son combat patriotique pour la restauration d’un Mali démocratique, républicain et laïc, doté d’une gouvernance responsable et vertueuse.

Bamako, le 27 Juillet 2020

Pour le M5-RFP

Choguel K. MAIGA

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

4 comments

  1. C’est clair et nette comme l’eau de roches pour le Mouvement politique M5 du Mali…,IBK doit absolument quitter le pouvoir présidentiel,et il va dégager de gré ou de force.Car,le peuple Malien a un idéal à défendre.
    IBK risque fort de fuir par la petite porte avec humiliation.Allons-y seulement.

    Bientôt,ça sera le tour de Alpha Condé en Guinée,car,le peuple de Guinée y’en a marre de lui,mise à part les faucons du système mafieux de ce gouvernement.Tout le monde vit la même galère depuis 2010.Il faut absolument mettre fin à cette situation de misère artificielle,parce qu’on a suffisamment de ressources pour vivre dignement en Guinée.

    • Mon cher comprends que cette opposition malienne a déjà échoué puisque rien ne prouve la démission du président. La décision de la CEDEAO est incontestable que lopposition accepte ou pas.

      • La CEDEAO est venu pour faire des propositions mais pas pour donne Des ordres, ce que vous oubliez la CEDEAO ne peut pas dire ouvertement la démission de IBK, ( en tout cas pas officiellement) mais ils savent que c’est unique solution pour mettre fin à tout ça, ils perdent plus de temps pour conseiller ibrahim Boubacar Keita à se retirer définitivement. IBK ne fait que provoquer un lion affamé

  2. Si Ibk persiste et signe contre la volonté du peuple malien, je ne vois pour lui qu’une issue : un départ à la « Blaise Compaoré » ou à la façon de Nino. Ibk, s’il est béni, doit, toute raison gardée, être à l’écoute des Maliens et Maliennes. Il doit comprendre que la CEDEAO n’est qu’un syndic de chefs d’État n’ayant en tête que leurs propres intérêts. A voir comment ils s’agrippent au pouvoir, on comprend aisément qu’ils ne défendent aucunement les peuples qui les ont élus. Au Ghana, au Nigeria et où encore oui! En Guinée, au Mali, en côte d’ivoire peut être, les chefs d’État passent le temps à voler, piller, tricher, mentir. Il faut que ça s’arrête.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info