Accueil » Politique » Arrestation de Chérif Bah et Cie : ‘’Personne n’est intouchable dans une République’’, réagit Dansa Kourouma

Arrestation de Chérif Bah et Cie : ‘’Personne n’est intouchable dans une République’’, réagit Dansa Kourouma

Plusieurs opposants sont inquiétés par la justice après les violences post-électorales. Ibrahima Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Abdoulaye Bah et Etienne Soropogui ont été placés en garde à vue à la Direction centrale de la police judiciaire. Ils sont accusés de ‘’détention et fabrications d’armes légères, troubles à l’ordre public, participation à un attroupement, de propos incitant à la violence’’.

Le président du Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) estime que le procureur Sidy Souleymane Ndiaye est dans son rôle d’engager des poursuites contre n’importe quel citoyen.

‘’Le procureur, c’est l’empereur des poursuites selon la loi. Son travail peut ne pas être accepté, mais c’est lui qui a le droit de lancer des poursuites contre n’importe qui. Mais un juge qui reçoit le dossier peut prendre la décision de donner une suite au dossier, le classer le dossier ou acquitter le mis en cause’’, indique Dansa Kourouma.

Selon le président du CNOSC, ‘’Cherif Bah est justiciable comme toute autre personne. Mais sur le plan politique, l’acte peut être considéré comme une chasse aux sorcières. Au lendemain d’une élection, on continue de s’en prendre aux hauts responsables d’un parti politique d’opposition, ça peut être interpréter politiquement’’.

‘’Cherif Bah est le vice-président de l’UFDG, on va suivre le procureur pour savoir ce qu’il  lui reproche. On veut avoir  les contenus de cette audition. Mais personne n’est intouchable dans une République. Tout le monde peut être inquiété, interpellé et interrogé par la justice, mais dans les conditions définies par la loi. Cela ne doit pas se faire dans l’arbitraire’’, ajoute-t-il.

‘’La loi est dure, mais c’est la loi. Qu’il soit garanti à M. Chérif Bah et à tous les autres responsables qui seront interpellés un procès équitable. Ils doivent etre auditionnés devant leurs avocats. Ces derniers doivent avoir tous les éléments nécessaires pour défendre leurs clients’’, explique le patron du CNOSC.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info