Accueil » Libre opinion » Ré-immatriculation automobile : le chou gras de la bêtise politique ! (droit de réponse)

Ré-immatriculation automobile : le chou gras de la bêtise politique ! (droit de réponse)

« Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt » Dixit un adage africain !

Dans une « opinion » burlesque, parue sur le site d’informations : www.visionguinee.info, ce jeudi, 26 novembre 2020 intitulée avec bêtise : « la véritable révolution d’Aboubacar Sylla, Ministre des Transports, est celle de ‘’traire davantage le pauvre usager de la route’’ », un certain Diallo Abdoulaye Bappy, sorti de nulle part, s’est imprudemment jeté en pâture à l’ironie de l’opinion en faisant des commentaires absurdes sur le processus de ré-immatriculation automobile.

Dans ce texte, dont l’auteur semble marcher sur la tête et qui offense toute logique élémentaire, qui va de coq à l’âne de l’âne au coq, notre écrivassier évoque, comme dans un remue-ménage de la pensée, tantôt politique, tantôt ré-immatriculation, parle par-ci de bilan, par-là, cloue au pilori, un processus qui a pourtant, recueilli l’assentiment de toute l’opinion, même celui des principaux concernés, les automobilistes. Quel vagabondage intellectuel ! Quelle jalousie ! A lire, le texte, on en croirait, à un exercice de mythomanie, une crise d’hérésie. Comment comprendre qu’Un tel a pris, la responsabilité de s’opposer à la voix de la raison, la voix de l’évidence ?

Pour la gouverne de notre écrivassier, en quête de renommée, il faut lui enseigner, ce savoir basique que, le processus de ré immatriculation et immatriculation est un processus normal pour lequel le pays a même accusé beaucoup de retard dans sa mise en œuvre. L’actuel système d’identification automobile datant des années « 90 », ne prenant pas en compte, les exigences de la modernisation du système d’identification automobile, suivant les standards internationaux, ne peut plus demeurer. C’est donc clairement, un exercice de correction d’un procédé suranné et insécurisé qui n’a que trop duré.

La ré-immatriculation et l’immatriculation ont déjà permis au pays de se doter d’infrastructures modernes et d’équipements à la pointe de la technologie. N’est-ce pas cela la révolution ; la mutation de l’analogie vers le numérique, la sécurisation des titres de transports, des infrastructures modernes, un apport important au trésor public sans grever les ressources des ménages. Aujourd’hui, ce processus est un impératif de service public. Ne soyez pas réactionnaires !

Aussi notre fameux gratte-papier, Diallo Abdoulaye Bappy, a parlé de bilan d’Aboubacar Sylla. Décidément, il ignore tout de ce pays, des progrès qui sont accomplis dans la gouvernance, notamment dans le secteur des transports. Mais curieusement, il en parle quand même. Etrange pays et étrange époque, où ceux qui en savent le moins sont ceux qui parlent le plus. Du bilan d’Aboubacar Sylla, parlons-en alors ! il s’agit entre autres de : la relance et la restructuration du transport public (bus et train), le renforcement de la signalisation routière (feux sémaphoriques à Conakry et panneaux de signalisation), la relance du bulletin de la météo, l’acquisition du train « Dubreka Express », l’extension et la rénovation de l’Aéroport de Conakry, dont les travaux viennent d’être initiés, l’extension et de la modernisation du Port Autonome de Conakry, des réformes institutionnelles et législatives qui ont abouti à l’avènement du Code de la Route, du Code de l’Aviation Civile, du Code Maritime…j’en passe. Et tout ça, excusez du peu, en deux (2) ans, je dis bien deux (2) ans.

La politique que notre écrivassier évoque, non sans se mêler ridiculement les pinceaux, méconnait tout de la nouvelle dynamique à l’international, à l’ère des compromis politiques, même dans des sociétés démocratiquement plus avancées, se présente en vrai réactionnaire contre la démocratie en condamnant un exercice démocratique de souveraineté et des institutions légitimes du pays dans les rôles qui leur sont dévolus. En tout cas, conformément au gouvernement du peuple, consacrant la volonté populaire, les Guinéens, jaloux de leur souveraineté ont décidé librement, à la suite de la réforme constitutionnelle du 22 mars de renouveler leur confiance, le 18 octobre dernier, aux institutions démocratiquement établies.

Au moins, que cela soit dit en passant ! Tant que ceux qui ignorent tout du savoir, seront les premiers et les derniers à parler de tout et de rien, tant que les citoyens, moins valeureux seront les donneurs de leçons aux plus valeureux, tant que la liberté de la presse sera accommodante de prétentieux et autres médiocres, le débat public aura toujours maille à partir avec l’excellence et la crédibilité recherchées.

La Cellule de Communication du Ministère des Transports  

 

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Merci à la cellule pour avoir mis cet enfoiré a sa place qui critique tout même s’il ne savent pas de quoi il sagit

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info