Accueil » Interview » Sorel Bangoura de l’UFDG, proche de Dalein, favorable au dialogue avec Alpha Condé

Sorel Bangoura de l’UFDG, proche de Dalein, favorable au dialogue avec Alpha Condé

Le président de l’Union des forces républicaines (UFR), Sidya Touré, appelle à un dialogue avec le pouvoir d’Alpha Condé pour une sortie de crise en Guinée. Son homologue de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, promet de ne courber pas courber devant Alpha Condé.

Dans les rangs du parti du principal challenger d’Alpha Condé, des cadres se montrent favorables au dialogue avec le pouvoir. C’est le cas de Sorel Bangoura, proche de Cellou Dalein Diallo et conseiller communal à Matam qui, dans un entretien accordé à notre rédaction, estime que la solution à la crise se trouve autour de la table des négociations. Lisez…

VisionGuinee : Pendant que Cellou Dalein Diallo continue de revendiquer sa victoire à la présidentielle, le leader de l’UFR, Sidya Touré, a appelé au dialogue avec Alpha Condé. Votre réaction ?

Sorel Bangoura : La proposition que Sidya Touré a faite est tout à fait normale. Mais c’est le président de la République, qui est garant du fonctionnement des institutions, qui peut initier le dialogue. Tout les problèmes se trouvent à son niveau. Il a intérêt à ce qu’il y ait une union sacrée entre les guinéens.

Etes-vous surpris par les appels au dialogue venant d’opposants au 3e mandat ?

Franchement, nous avons intérêt à ce que tout le monde s’entende. Le développement d’un pays a un prix : c’est la paix et la quiétude sociale. Cellou Dalein Diallo n’a jamais été quelqu’un qui rejette le dialogue. Il s’est battu pour la justice. Pour la quiétude sociale, il faut qu’il y ait la justice, l’égalité et une bonne gestion des ressources humaines et naturelles. Aujourd’hui, quand on dit ‘on réclame la victoire à la présidentielle’, c’est parce qu’il n’y a pas de paix. Nous avons aujourd’hui des leaders de l’opposition qui sont en prison. Pourtant, celui qui n’est pas d’accord est un remède pour celui qui est au pouvoir. Car il donne des astuces, des moyens de travail, c’est pour cela qu’il faut l’accepter.

Certains crient déjà à la trahison d’opposants. Partagez-vous leur position ?

Non, pas du tout. Le fait qu’on s’entende sur un projet commun ne changera en rien l’analyse que les gens feront. Je peux avoir une analyse personnelle d’une situation donnée, mais cela ne veut pas dire que je ne suis pas de l’UFDG. Je crois qu’il faut accepter que les guinéens s’entendent. Celui qui est devant doit regarder ceux qui sont derrière. Ce sont des guinéens qui souffrent aujourd’hui. C’est le président Alpha Condé qui a le pouvoir, qu’il accepte que les guinéens s’entendent. Ses 10 ans au pouvoir n’ont pas porté leurs fruits à cause du manque du dialogue sincère et le non-respect des lois et institutions. Aujourd’hui, il dit qu’il veut gouverner autrement, j’accepte cette idée, mais il faut libérer d’abord les détenus politiques. Il faut faire une large ouverture. La justice ne doit pas s’impliquer dans la politique. Il faut respecter les principes de séparation des pouvoirs. S’il le fait, il aura réussi le pari et tous les guinéens trouveront un consensus afin de lui permettre de travailler.

Votre parti, l’UFDG, doit-il oublier la revendication de la victoire de Dalein et privilégier le dialogue ?

Aujourd’hui, quelle force avons-nous quand toutes les institutions sont à la merci du chef de l’Etat ? Personne ne dit la vérité dans ce pays. Autour du président, il y a des gens qui ne veulent pas voir la réalité en face. Ce sont des gens qui viennent lui mentir en racontant des histoires. Un président devient tout seul quand il ne dialogue pas avec les autres.

En clair, Dalein doit se focaliser sur la libération des détenus…

Non ! Il n’y a pas que ça. C’est d’abord le dialogue, parce que la Guinée nous appartient tous. En se donnant la main, nous aurons la force (…). C’est avec dialogue que nous pouvons concrétiser nos rêves pour la Guinée. Que tout le monde se mette autour de la table en disant que nous voulons bâtir une Guinée nouvelle.

Se mettre autour de la table des négociations avec ou sans préalables ?

Il n’y a pas de conditions. Il suffit que le chef de l’Etat appelle à un dialogue sincère et qu’il fasse de la Guinée sa priorité.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

3 comments

  1. Voici un opposant responsable et visionnaire…

    • Sory (coco là-là),essaie de comprendre le contenu d’un texte d’abord avant de raconter des CONNERIES à la place publique.Sorel n’est pas en contradiction avec Cellou.Il faut bien lire le texte.

  2. Cellou Dalein de l’UFDG et de l’ANAD n’a jamais refusé catégoriquement un dialogue sincère et franc entre les guinéens.Mais,c’est à Alpha Condé d’emboîter les pas comme l’a si bien dit Sidya Touré de l’UFR et Kouyaté du PEDN,entre autres.Cette déclaration de Sorel Bangoura n’est pas en contradiction avec la position actuelle de CELLOU DALEIN.
    ALPHA CONDÉ a dit de « Gouverner autrement » nous attendons de voir avec la « Démission » de Kassory Fofana P.M…!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info