Accueil » Société » Les révélations des services spéciaux de lutte contre la drogue : ‘’Des gens mélangent la chicha avec de la cocaïne’’

Les révélations des services spéciaux de lutte contre la drogue : ‘’Des gens mélangent la chicha avec de la cocaïne’’

Depuis le 4 janvier, l’importation, la distribution et la commercialisation de la chicha est interdite jusqu’à nouvelle ordre sur le territoire guinéen. L’arrêt conjoint des ministres du Budget, du Commerce et de la Sécurité ont été rendu public en début de semaine.

Les services spéciaux chargés de lutte contre la drogue et le crime organisé sont déjà sur le terrain pour veiller à l’application rigoureuse de cette décision gouvernement.

‘’L’OMS indique qu’une séance de chicha peut représenter l’équivalent de 20 à 30 cigarettes, en raison de la grande quantité du monoxyde de carbone’’, indique le commissaire principal Mohamed Mazo Mansaré, responsable de la communication des services spéciaux de lutte contre la drogue avant de souligner qu’à l’origine, ‘’la chicha était utilisée dans des lieux privés par les nantis. Mais de nos jours, il y a une facilité pour les usagers dans les lieux publics, les night-clubs, les lieux de distraction’’.

Les services dirigés par le colonel Moussa Tiegboro Camara dénonce une nouvelle forme de commercialisation de la drogue en Guinée. ‘’Les gens profitent de la chicha pour introduire de la drogue dans les familles. Ils mélangent la chicha avec de la drogue. La chicha, c’est seulement 25% du tabac, le reste ce sont des dérivés. Mais, au lieu de mettre de l’eau qui est recommandée dans la consommation de la chicha, les gens préfèrent utiliser de l’alcool. Certains mélangent la chicha avec de la cocaïne ou du chanvre indien. Pourtant, quand on mélange de l’alcool à la drogue, ça devient extrêmement dangereux. Et le plus souvent, ce sont des enfants qui le font’’, explique le commissaire principal Mohamed Mazo Mansaré.

En Guinée, regrette-t-il, force est de constater qu’à travers ‘’nos enquêtes que la plupart des consommateurs de la chicha dont la majorité 13 à 16 ans se détournement de cet objectif pour fumer de la drogue, du cannabis, de l’héroïne et de la cocaïne. On utilise cette drogue en mettant juste un peu de chicha qui a une odeur parfumée dans le but de tromper les services de contrôle et les parents’’.

En constant que ‘’notre pays est en danger à travers sa jeunesse, nous devons mener une opération d’envergure afin de freiner ce fléau’’, dit-il.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 41/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info