Accueil » Société » Des étudiants boursiers guinéens tirent le diable par la queue en Côte d’Ivoire

Des étudiants boursiers guinéens tirent le diable par la queue en Côte d’Ivoire

Au moins une quarantaine d’étudiants guinéens à l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny vivent une situation très difficile en Côte d’Ivoire. Depuis mars 2021, ils ne sont pas entrés en possession de leurs bourses d’entretien. Excédés, ils dénoncent le silence et l’indifférence des autorités guinéennes.

Au total, ils 46 étudiants boursiers guinéens inscrits à l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny(INPHB), un établissement public de formation supérieure, de recherche et de production, au compte de l’année 2020-2021.

Depuis le mois de mars dernier, ces étudiants n’ont pas reçu leurs bourses leur permettant de faire face au paiement des frais de scolarité et du concours d’entrée en cycle ingénieur. Une situation qui n’est pas sans conséquences.

‘’Depuis le mois de mars 2020, le calvaire est total pour nous. Nous avons passé la période de confinement avec les maigres moyens qui nous restaient encore. Très endettés, nous peinons avoir de quoi subvenir à nos besoins les plus fondamentaux. La Covid-19 s’étant invitée dans notre quotidien, même nos parents qui usaient de tous les moyens pour les venir en aide se trouvent en difficultés à nous prendre en charge’’, témoigne l’un d’entre eux.

Ces lauréats déclarent être entrés en contact avec le ministère guinéen de l’Enseignement supérieur pour comprendre sur les raisons du retard accusé dans le paiement de leurs bourses.

‘’La dernière fois que nous leur avons constaté, c’était le 30 décembre 2020. La seule réponse que nous avons eue, c’est ‘bien reçu’. La responsable des classes préparatoires qui est notre contact direct dit avoir frappé à toutes les portes. Jusqu’à présent, rien’’,  indique Mamadou Diallo, président des étudiants guinéens à l’INPHB.

Pour lui, ‘’la seule raison valable est un manque de volonté politique. Avant les élections, on nous avait promis de virer nos bourses. Jusque-là, en vain. Nous avons l’impression que nous ne sommes plus une priorité pour le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Or, nous avons intégré cette école à la suite d’un concours. Nous sommes donc des lauréats de la Guinée’’.

Pour tenter de recouper l’info, VisionGuinee n’a eu aucun répondant au ministère de l’Enseignement supérieur.

En attendant la version officielle des autorités guinéennes, la question est de savoir à quand la fin du calvaire de ces étudiants et de tant d’autres bénéficiaires de bourses d’études à l’étranger.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info