Accueil » Interview » Bogola Haba persiste et signe : ‘’Dalein peut recevoir Mamadou Sylla, mais uniquement en tant que leader de parti’’

Bogola Haba persiste et signe : ‘’Dalein peut recevoir Mamadou Sylla, mais uniquement en tant que leader de parti’’

Après la reconnaissance de son statut comme chef de file de l’opposition par l’Assemblée nationale, le président de l’Union démocratique de Guinée (UDG), Mamadou Sylla a pris son bâton de pèlerin pour rencontrer des acteurs politiques et dirigeants d’institutions.

Dans un entretien accordé à VisionGuinee, le secrétaire exécutif de l’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD), Kéamou Bogola Haba estime que l’homme d’affaires Mamadou Sylla reste et demeure l’un des grands bénéficiaires de la mauvaise gouvernance de notre pays.

VisionGuinee.Info : le leader de l’UDG qui fait office de chef de file de l’opposition a entamé une tournée de prise de contact. Vous, en tant qu’allié de Cellou Dalein Diallo, quelle lecture faites-vous de son initiative ?

Kéamou Bogola Haba : Nous n’avons pas de commentaires à faire sur les actes que posent notre ainé Mamadou Sylla et tous ceux qui cherchent à exister politiquement. Notre génération s’éloigne de plus en plus de la démagogie et de la mauvaise gouvernance dont certains compatriotes ont encore la nostalgie. Il est membre d’une institution, l’Assemblée nationale, dont nous ne reconnaissons pas la légitimité d’une part et d’autre part, la nouvelle génération de leaders membres de l’ANAD travaille durement en Guinée et à l’étranger pour que le rapport de nos compatriotes avec la vérité change. C’est pourquoi, nous nous battons pour la vérité des urnes, pour le droit de vote, pour la primauté de la loi et des droits humains, l’égalité des chances pour tous, mais pour la gouvernance vertueuse et contre le mensonge institutionnalisé et rampant, la fraude et l’injustice sur toutes ses formes dont l’enrichissement illicite, la mauvaise gouvernance et la discrimination d’opinion ou d’appartenance ethnique ou religieuse.

A votre avis, Mamadou Sylla ne se bat-il pas pour les mêmes valeurs que vous ?

Dans un passé récent, le doyen Mamadou Sylla a été l’un des grands bénéficiaires de la mauvaise gouvernance de notre pays. De son vivant, nous lui conseillons fortement de faire profil bas avec son engagement public et si possible, de faire un mea-culpa pour être pardonné par la nation pour les allégations de crimes économiques qui l’ont conduit en prison en 2007. Car les guinéens n’ont pas la mémoire courte.

Dans la nouvelle Guinée dont nous rêvons, certaines personnes ayant un rapport conflictuel avec la chose publique devraient être éloignées du champ politique à travers une application rigoureuse et aveugle de la loi. Ceci permettra d’assainir le champ politique pour n’avoir que ceux qui sont propres, qui ont un bon rapport avec la vérité et qui craignent Dieu et la Loi dans la gestion de la chose publique.

Votre camp n’est pas apparemment pas sur la même longueur d’onde que Mamadou Sylla…

Dans le système de bipolarisation qui s’impose de plus en plus à nous depuis 2019 dans le cadre de la mutualisation de nos forces pour obtenir l’alternance et lutter contre la division ethnique de l’environnement politique, il est bien naturel et évident que certains ont déjà fait leur choix. Certains comme l’aîné Mamadou Sylla ont fait le choix depuis le 22 mars 2020 en allant vers Alpha Condé pour soit participer au pillage et à la destruction de nos acquis démocratiques ou pour bénéficier de l’impunité utilisée par le régime comme moyen d’allégeance des anciens dignitaires au parti unique qu’il dirige depuis 1985. C’est pourquoi, nous conseillons fortement nos amis  qui ont résisté au 22 mars de ne pas s’associer à Alpha et d’accepter de rester dans le camp de l’alternance qu’incarne aujourd’hui l’ANAD. Nous sommes ouverts à chaque organisation qui partage la philosophie de l’alternance à la tête de nos organisations politiques membres et de nos institutions républicaines dont la présidence de la Républicaine. Le président de l’UFDG a bénéficié le 18 octobre 2020 de cet effort national de mutualisation et il a gagné les élections. Nous avons sécurisé les résultats des procès-verbaux authentiques et dans l’unité d’action, nous défendons aujourd’hui cette victoire pour éviter à notre pays un précédent dangereux.

Quid de sa main tendue ?

La dernière plénière de l’ANAD avait tranché la question. Nous ne reconnaissons pas la légitimité de l’Assemblée nationale imposée aux guinéens le 22 mars 2020, ni M. Alpha Condé qui a épuisé son droit constitutionnel de deux mandats entre le 21 décembre 2010 et le 21 décembre 2020. Mamadou Sylla agit au nom des institutions illégitimes. Le président élu de l’ANAD, Cellou Dalein Diallo, peut le recevoir, mais uniquement en tant que compatriote, leader de parti et voisin de quartier.

Il est suffisamment mature pour savoir comment gérer son rapport de bon voisinage avec notre frère Mamadou Sylla. Car ils se connaissent suffisamment pour savoir comment se comporter l’un envers l’autre. Si j’ai des suggestions à faire, je le ferai en privé à mon président s’il exprime le besoin d’avoir un avis.

Merci M. Haba

Je vous en prie !

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Dieu a donné le Pouvoir présidentiel en guinée à Cellou Dalein Diallo de l’ufdg et de l’ANAD.Et,Alpha Condé l’a volé avec les forces de répression des citoyens guinéens.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info