Accueil » Annonces » Le procureur requiert 10 ans de prison contre Madic 100 Frontières

Le procureur requiert 10 ans de prison contre Madic 100 Frontières

Ouverte le lundi 18 janvier dernier, l’audience correctionnelle consacrée à l’affaire ministère public contre Mamady Condé alias Madic 100 Frontières s’est poursuivie ce lundi au tribunal de première instance de Dixinn.

"

Poursuivi pour diffusion de messages, photos, dessins de nature ou xénophobe, menaces de violences et injures par le biais d’un système informatique, Madic 100 Frontières, placé en détention provisoire à la maison centrale de Conakry depuis le 26 novembre 2020, était à la barre.

La parole était au procureur Sidy Souleymane Ndiaye pour son réquisitoire. Le chef du parquet du tribunal de première instance de Dixinn a précisé qu’il a abandonné les charges d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation qui pesaient sur le prévenu.

Le maitre des poursuites a estimé que les propos tenus par Madic 100 Frontières sur Facebook sont ‘’tellement injurieux qu’ils portent atteinte à la cohésion sociale’’. Il a tenu à lire des extraits de publications du prévenu sur le réseau social Facebook.

‘’Le 19 juin 2020, Mamady Condé dit Madic 100 Frontières, parlant du présidnt Alpha Condé, citation : ‘Cet homme et son entourage veut nous amener dans les guerres ethniques et soulèvements insensés’. Il a écrit : ‘Monsieur le président, Madic vous dit que vous n’avez pas de porte de sortie après les pertes en vies humaines, trahisons et mensonges au peuple’. Fin de citation’’.

Selon le procureur, Madic 100 Frontières a également écrit, en parlant du président Alpha Condé, ‘’si la maladie vous laisse, nous, on ne va pas vous laisser. On va intervenir avec la force et ce sont des informations planifiées pour qu’il n’y ait pas beaucoup de pertes en vies humaines’’.

Pour Sidy Souleymane Ndiaye, ‘’ce sont des messages cruels au-delà de la gravité ordinaire. En les lisant, nous nous sommes demandés comment un guinéen, fut-il canadien d’adoption, peut s’en prendre avec une si intolérable cruauté au président de la République’’.

Il rappelle que le mis en place a été amené à demander pardon à la barre. ‘’Il a fait des aveux circonstanciels qui l’ont poussé à demander pardon en audience publique. En préparant ce réquisitoire, on était partagés entre tenir compte du remord exprimé à l’audience par le prévenu et se montrer intransigeant dans les réquisitions de poursuites. Nous avons fait le choix de la fermeté. Nous ne sommes ni près ni de loin liés au remord exprimée à l’audience passée. Nous ne sommes pas devant une juridiction morale’’, a-t-il décidé.

‘’Le comportement de Mamady Condé n’est pas pardonnable. Il y a ce que nous pouvons tolérer et ce que nous ne pouvons pas. Nous ne pouvons pas tolérer des comportements portant atteinte à l’ordre public, à la personnalité de l’Exécutif (…). Il a injurié le président de la République, le chef de l’Exécutif, qui est une institution vénérable’’, a-t-il ajouté pour enfoncer le prévenu.

Il a demandé à la présidente du tribunal déclarer le prévenu coupable et condamner aux peines d’emprisonnement de 10 ans et d’amende de 300 millions de francs guinéens.

L’audience se poursuit au tribunal de première instance de Dixinn.

Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info
00224 666 78 58 57/salimbalde91@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info