Accueil » Société » Les avocats d’Ousmane Gaoual, Chérif Bah et Cie désistent : ‘’Nous sommes affaiblis et nous ne savons plus quoi faire…’’

Les avocats d’Ousmane Gaoual, Chérif Bah et Cie désistent : ‘’Nous sommes affaiblis et nous ne savons plus quoi faire…’’

Après les récentes condamnations d’Oumar Sylla alias Foniké Mengué et Mamady Condé dit Madic 100 Frontière, les avocats des opposants au troisième mandat, dont Ousmane Gaoual Diallo, Chérif Bah, Etienne Soropogui et Cie ont décidé de suspendre leur participation aux procédures ouvertes contre leurs clients.

"

‘’Nous servons de caution en sachant que la condamnation de nos clients est programmée. C’est dangereux. C’est vrai que nous sommes des défenseurs, notre mission fondamentale, c’est d’assister les citoyens en conflit avec la loi. Mais lorsque nous avons la conviction que le droit ne sera pas dit dans un dossier, nous sommes affaiblis. Notre arme, c’est le droit. Mais si nous rendons compte parfois qu’il y a des arguments qui sont plus forts que le droit, nous sommes affaiblis et nous ne savons plus quoi faire’’, estime Maitre Mohamed Traoré.

Pour lui, le Collectif des avocats de la défense veut éviter des ‘’procès qui se terminent par des condamnations parfois injustifiées ou disproportionnées par rapport à la faute commise et qu’on dise qu’ils ont répondu à tous les standards internationaux parce qu’il y a des avocats’’. Or, enseigne-t-il, ‘’ce n’est pas seulement la présence des avocats qui peut justifier les normes standards en matière de procès juste et équitable. Dans ce cas, sans le vouloir, nous devenons en quelque sorte des complices et donnons une sorte de caution à qui se passe’’.

Poursuivant, la robe noire dénonce le deux poids deux mesures de l’appareil judiciaire guinéen. ‘’Nous voyons ce que les uns et les autres publient. Malheureusement, c’est lorsqu’il s’agit des personnes qui sont considérées comme opposants que la justice se met en branle’’, regrette Maitre Traoré sur Djoma TV.

Pourtant, fait-il remarquer, ‘’le principe de l’égalité des citoyens ne doit pas être vain. Nous ne demandons pas qu’il y ait un traitement de faveur pour nos clients. Nous savons qu’il y a beaucoup de gens parmi eux qui font des publications qui sont en contradiction avec la loi. Nous dénonçons le fait que des poursuites ne sont engagées que lorsqu’il s’agit des gens que nous défendons. Les poursuites ne doivent pas être sélectives, les glaives de la justice doivent s’abattre de la même manière’’.

Il affirme que ‘’tous ceux qui sont poursuivis actuellement, ce n’est pas sur la base d’une plainte. C’est le procureur de la République qui engage des poursuite’’ avant de se demander ‘’pourquoi n’engagerait-il pas les mêmes poursuites contre d’autres personnes qui font des publications similaires ?’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info