Accueil » Annonces » Bah Oury intègre le cabinet du chef de file de l’opposition : ‘’lorsque vos militants perdent leurs vies en grand nombre…’’

Bah Oury intègre le cabinet du chef de file de l’opposition : ‘’lorsque vos militants perdent leurs vies en grand nombre…’’

Le président de l’Union des démocrates de la renaissance de la Guinée (URDG) fait son entrée dans le cabinet du chef de file de l’opposition guinéenne. Bah Oury est désormais chargé de conseiller Mamadou Sylla sur les questions de consolidation des acquis démocratiques et de promotion de l’Unité nationale.

Dans un entretien accordé à VisionGuinee, l’ancien ministre de la Réconciliation nationale a expliqué les raisons qui l’ont poussé à accepter l’offre du chef de file de l’opposition. 

VisionGuinee : Vous a été nommé au poste de conseiller dans le cabinet de chef de file de l’opposition. Quelles sont les raisons qui ont prévalu à cette nomination ?

Bah Oury : Le fait que l’UDRG soit associé aux travaux de l’institution chef de file de l’opposition, ce n’est que justice. C’est aussi une manière de récompenser les efforts des militants de l’UDRG qui n’ont ménagé aucun effort ces dernières années pour que notre pays s’engage dans la voie de la décrispation politique, de l’apaisement et du maintien de la stabilité de notre pays. Tout ceci avec les conformités des fondamentaux de l’Etat de droit. Donc faire partie du collège qui conseille le chef de file de l’opposition, c’est quelque chose de salutaire pour nous. Parce que cela confortera notre positionnement sur l’échiquier politique national et nous permettra de faire en sorte que notre manière de faire la politique en Guinée puisse évoluer dans le bon sens.

En acceptant ce poste, prenez-vous vos distances avec ceux qui ne reconnaissent Mamadou Sylla comme chef de file de l’opposition ?

Il y a certains qui ont leur propre raison. Nous, nous ne sommes pas dans cette catégorie. Mais je considère qu’à partir du moment où nous avons pris acte de l’élection d’Alpha Condé comme chef de l’exécutif guinéen, les questions relatives aux législatives, à la nouvelle constitution doivent s’imposer à nous. Ce sont des situations de fait qui doivent nous permettre de savoir comment faire pour évoluer. Je ne peux pas comprendre qu’on dénie à Mamadou Sylla, le statut de chef de file de l’opposition d’autant plus que c’est une loi qui a été votée par la précédente législature. Nous devons apprendre dans ce pays à être en conformité avec les principes et les lois.

Mamadou Sylla a promis de s’opposer autrement. Il dit être à la tête d’une opposition réfléchie qui ne sera pas dans la rue. Etes-vous sur la même longueur d’onde que lui ?

Ecoutez, manifester est un droit constitutionnel. Mais c’est le dernier recours en termes d’instrument de lutte dans un environnement démocratique. Il ne faut pas en abuser dans un contexte où régulièrement des vies humaines sont perdues. Il faut privilégier tout ce qui peut conforter l’intérêt de la grande majorité de la population guinéenne surtout celle qui est en train de subir certaines formes de politique.

En clair ?

Il faut savoir manier l’intelligence et la sagesse. Lorsque vos militants perdent leurs vies en grand nombre pour des résultats qui ne sont pas à la hauteur du sacrifice, il faut changer de méthode. C’est le minimum de responsabilité qu’un dirigeant politique peut avoir. Depuis mon retour en exil, j’appelle les uns et les autres à revoir leurs méthodes politiques, changer de paradigme, préserver au grand maximum les vies des pauvres citoyens et faire en sorte que les lois soient respectées. Malheureusement, ces dernières années ont été marquées par la négation des lois au profit des arrangements qui ont occasionné des dérives. Il faut reprendre les choses au bon endroit, remettre le pays sur les rails. C’est ce que nous sommes en train de préconiser.  

Le chef de file de l’opposition prévoit de rencontrer les prisons politiques incarcérés à la Maison centrale de Conakry. Serez-vous de la partie ?

C’est une proposition qui est pertinente à laquelle je m’associe. Lorsque ça aura lieu, je serai de la partie pour aller rendre visite aux détenus politiques pour s’enquérir de leur état de santé.

Qui de la libération de ces détenus ?

C’est un aspect essentiel parce que dans le contexte actuel, notre pays a besoin de tranquillité, de stabilité. La population guinéenne est actuellement confrontée à beaucoup de fléaux, il ne faudrait pas qu’on en rajoute. Ce que nous pouvons éliminer, il faut l’éliminer. Nous avons le Covid-19 qui a anéanti une grande partie l’économie nationale. On vient de signaler une épidémie d’Ebola. Tout cela devait amener les acteurs politiques et autres à se rendre compte que ce pays souffre, que les populations sont inquiètes, que les fléaux sont multiples, que la pauvreté est en train de s’aggraver. Si vous aimez ce pays, ce peuple, il faut tout faire pour éliminer tous les problèmes susceptibles d’être éliminés. C’est ce que nous sommes en train de préconiser dans la phase actuelle. Nous ne sommes pas en politique pour nos propres intérêts. Nous sommes en politique pour que le peuple de Guinée dans sa globalité puisse espérer un avenir meilleur. C’est ce qui est fondamental.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

3 comments

  1. Qui tue les guinéens ordinaires avec IMPUNITÉ ABSOLUE lors des Manifestations de rues ?
    La justice guinéenne doit faire réellement une véritable enquête pour retrouver les vrais coupables.Et,ce n’est pas parce qu’on a des soldats morts au combat qu’on doit abandonner la lutte contre le Hold-up présidentiel.

  2. @Bah Oury: Les 19 autres députés majoritaires de l’opposition à l’assemblée nationale MONOCOLORE RPGISTES de Damaro Camara ne reconnaissent pas Mamadou Sylla comme Chef de file de l’opposition avec 4 députés.Donc,il est obligé d’aller chercher une reconnaissance à l’extérieur de l’assemblée sous forme de renfort illégal en contradiction avec les règlements de l’assemblée nationale.

  3. Mamadou Sylla est mieux que l’ethno cellou dalein Diallo le président par excellence du Fouta.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info