Accueil » Libre opinion » Si Alpha Condé n’est pas un dictateur, il démontre actuellement qu’il est loin d’être un démocrate

Si Alpha Condé n’est pas un dictateur, il démontre actuellement qu’il est loin d’être un démocrate

Non François Soudan, entre l’Alpha Condé l’opposant que nous sommes nombreux à avoir connu et l’actuel Alpha Condé, Président de la Guinée depuis plus de dix ans, c’est loin d’être le même personnage politique.

"

Sur le plateau de Djoma TV, dans l’émission ‘On refait le monde‘, vous avez dit, parlant du Président Alpha Condé, “c’est quelqu’un que je connais depuis les années 90, donc depuis une trentaine d’années. Je l’ai connu alors qu’il était opposant, en exil en France, dans les circonstances dépourvues, parfois très compliqué mais vous le savez, c’est quelqu’un qui bouge beaucoup. Je faisais partie des gens, des journalistes qu’il voyait, c’était un ami. Je ne vois pas au nom de quoi, le fait qu’il soit arrivé au pouvoir, devrait faire de lui un ennemi ou un adversaire…’’

Comme vous, je connais Alpha Condé depuis plus d’une trentaine d’années et, pour être un peu plus précis, depuis mai 1986, à Dakar, lors de mon second exil politique au Sénégal. C’est après avoir lu un article que j’avais écrit sur le COMUNA, organisation militaire qui lui était proche, qu’il a cherché à me rencontrer. Il a tout essayé pour connaître mes sources…

Puis, voyant qu’il ne les aurait pas, il a tourné cette page pour parler de mon opposition au régime Lansana Conté, qui était sur le point de fêter ses deux années de pouvoir. Je lui ai montré la lettre ouverte au Général Conté, que j’ai préparée à cette occasion. De nos conversations, il a su que je suis un opposant démocrate et allergique au communisme et au Parti/Etat du PDG. Une amitié entre lui et moi s’est développée et a tenu jusqu’en novembre 2012. Il a même fait de moi le Rédacteur en chef adjoint de ses publications (Malanyi et Segueti) et m’a fait nommer, en septembre 2012, au Palais présidentiel devant plusieurs dizaines de personnes, sur le Comité central du Rpg Arc-en-ciel. Puis, on s’est ignorés lui, je ne sais pourquoi, mais moi, en raison de sa mauvaise gouvernance du pays.

S’il n’est pas dictateur, il est loin d’être un démocrate

Vous avez également dit que si vous considériez “qu’il avait une très mauvaise politique ou, comme on a dit dans l’opposition, qu’il est un dictateur, je ne pense pas qu’il serait resté mon ami. C’est évident qu’il n’est pas un dictateur, il est resté celui que j’ai connu depuis 30 ans avec une différence, c’est qu’il y a un exercice du pouvoir… J’avoue que j’ai du mal à le retrouver dans le portrait qui est fait de lui. Parfois, j’ai vu les outrances que j’ai pu lire, dictateur, main tachée de sang…on peut tout à fait ne pas être d’accord avec Alpha Condé mais il ne faut pas exagérer, on ne peut pas l’accuser de tout et de n’importe quoi…’’

Je respecte votre opinion. Mais, tout observateur sérieux de la scène politique guinéenne sait que la gouvernance Alpha Condé a été un échec. D’ailleurs, lui-même le reconnaît et le dit haut et fort. Est-il un dictateur ? Wikipédia décrit un dictateur comme étant “un chef d’État qui exerce seul le pouvoir politique d’un pays, sans séparation des pouvoirs. Le régime politique est lui alors qualifié de dictature”. Et parlant de régime démocratique, Wikipédia dit que “la démocratie est devenue un système politique dans lequel la souveraineté est attribuée aux citoyens qui l’exercent de façon : directe lorsque les citoyens adoptent eux-mêmes les lois et décisions importantes et choisissent eux-mêmes les agents d’exécution, généralement révocables’’.

Le régime d’Alpha Condé est proche duquel des deux systèmes ? Ce n’est pas parce que l’on est ami de quelqu’un, fils ou fille de quelqu’un que l’on ne devrait pas lui dire la vérité. Si vous êtes un bon ami d’une personne, vous devriez lui dire la vérité. Au lendemain de la proclamation des résultats du 2ème tour de l’élection présidentielle de novembre 2010, Alpha Condé m’a dit de lui faire parvenir un mémo sur “le courriel habituel’’.

Pour être un démocrate, il faut organiser des élections inclusives (celles du 22 mars 2020 ne l’ont pas été), transparentes, libres et pacifiques. Si François Soudan avait fait comme nombre d’observateurs honnêtes, il n’aurait pas soutenu que les élections des 22 mars et 18 octobre 2020 étaient démocratiques et pacifiques. Car, Alpha Condé, pour le double scrutin du 22 mars 2020, dans son discours du 28 février 2020, avait interdit la participation des formations politiques comme l’Ufdg, l’Ufr, le Pedn, etc. L’intégralité de l’article à lire sur Guinafnews.info en cliquant ici.

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info