Accueil » Société » Damantang Camara à l’Union européenne : ‘’il y a des opérations terroristes qui se sont tenues en Guinée…’’

Damantang Camara à l’Union européenne : ‘’il y a des opérations terroristes qui se sont tenues en Guinée…’’

L’Union européenne, après constaté l’implication de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) dans des opérations visant des opposants, a décidé de se faire entendre auprès des autorités guinéennes.

"

L’institution européenne a décidé d’interrompre son ‘’soutien à des activités déjà prévues, telles que l’appui à la sélection et au recrutement de personnels pour compenser les pertes en effectifs et renforcer la structure ; l’effort d’experts pour le renforcement des acquis des personnels dans le domaine de la surveillance, de la filature et de l’interpellation ; et une mission de formation au protocole de gestion des enlèvements’’.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, réagissant à la décision de l’Union européenne, affirme qu’il ‘’y a une différence sémantique où on dit que la BRI s’occupe uniquement du terrorisme et qu’elle ne devait pas faire des opérations judiciaires. Mais nous nous considérons qu’il y a des opérations terroristes qui se sont tenues dans ce pays pour lesquelles cette brigade a dû à intervenir. On ne va chipoter là-dessus. L’Union européenne est libre et indépendance, elle choisit son mode de collaboration’’.

Damantang Albert Camara estime que l’Union européenne se base sur des rapports d’organisations de défense des droits de l’homme. En parcourant des rapports de certaines d’entre elles, il dit avoir constaté des ‘’aberrations, des énormités et des omissions graves (…). Nous avons environ 36 organisations de défense de droits de l’homme en Guinée qui sont systématiquement animées par des personnes qui travaillent dans des partis politiques, qui sont encartées politiquement. Certains font l’effort de le masquer’’

A Djoma FM, le ministre de la Sécurité a confirmé que le représentant de Human Rights Watch (HWR) en Guinée est ‘’clairement un militant de l’UFDG. Sur son profil Facebook, c’est un atalakou extraordinaire vis-à-vis de Cellou Dalein Diallo’’.

Il se demande comment une telle organisation qui ‘’défend des valeurs d’impartialité et d’objectivité qui affiche comme méthodologie de travail des rapports croisés ne prend pas la peine de faire une enquête de moralité sur son représentant (…). C’est un manque de respect de mépris total, pas simplement pour le gouvernement, mais surtout pour les victimes. Parce que les victimes des violations de droits de l’homme ont droit à un minimum de respect dans les enquêtes qui sont censées aboutir à la désignation des coupables’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info