Accueil » Société » Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé enfin libres

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé enfin libres

La chambre d’appel de la Cour pénale internationale a confirmé l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, prononcé en première instance le 15 janvier 2019. Cette décision ouvre la voie au retour de l’ancien président ivoirien dans son pays.

« La chambre d’appel rejette l’appel du procureur et confirme la décision de la chambre de première instance. » Au terme d’un long exposé au cours duquel il est revenu sur les différentes étapes  de la procédure, le Nigérian Chile Eboe-Osuji, président de la chambre d’appel de la Cour pénale internationale et ancien président de la CPI, a confirmé ce mercredi 31 mars l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, prononcé en première instance le 15 janvier 2019.

Une heure avant, l’ancien président ivoirien avait fait son arrivée dans une CPI déserte en raison de la situation sanitaire. Devant le siège de la juridiction internationale, une vingtaine de ses partisans étaient quand même présents. En costume-cravate, portant des lunettes de soleil, Laurent Gbagbo, accompagné de son épouse Nady Bamba, se disait alors « confiant » quant à l’issue de la procédure. Et d’ajouter, sourire en coin en pénétrant dans le hall principal de la CPI : « C’est la première fois que je passe par ici et non par l’entrée des prisonniers ! »

Le bureau du procureur, qui dénonçait notamment des « vices de procédure », avait demandé à la chambre d’appel de revoir l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé en première instance et de conclure à un non-lieu.

Une décennie de procédure

Pour la procureure Fatou Bensouda, qui avait fait appel de l’acquittement des deux hommes en septembre 2019, cette décision est une nouvelle défaite. Pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, c’est la fin d’une décennie de procédure. Accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité durant la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire, qui avait fait plus de 3 000 morts, les deux hommes avaient été acquittés par la chambre préliminaire le 15 janvier 2019. Les juges avaient alors pointé le manque de preuves de l’accusation, le président de la chambre allant même jusqu’à évoquer la « faiblesse exceptionnelle » du dossier du procureur…Lire la suite de l’article sur Jeuneafrique.com en cliquant ici

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info