Accueil » Économie » La fermeture des frontières guinéo-sénégalaises entraine une hausse vertigineuse du prix des denrées alimentaires

La fermeture des frontières guinéo-sénégalaises entraine une hausse vertigineuse du prix des denrées alimentaires

Alors que les frontières guinéo-sénégalaises restent fermées, les musulmans de Guinée, à l’instar de leurs coreligionnaires du monde entier, s’apprête à entamer le mois saint de Ramadan. Dans les marchés, les prix des denrées de première nécessité grimpent.

Pour connaitre les raisons de la flambée des prix des denrées de première nécessité, VisionGuinee a sillonné des marchés de la capitale.

‘’De nos jours, les prix augmentent de jour en jour. Quand on demande aux importateurs, ils nous disent que ce sont les taxes qui sont chères. Le sac de sucre en gros varie entre 370.000 et 400.000 GNF, selon la qualité’’, indique Souleymane Diallo, commerçant rencontré dans un marché situé en haute banlieue de Conakry.

‘’Il y a une variété de riz qui marche beaucoup. Le sac de 50 Kg est vendu en gros à 310.000 GNF à Madina et le transport coûte au moins 5000 GNF. C’est pourquoi, dans nos différentes boutiques, nous sommes obligés à vendre 325.000 GNF pour avoir un bénéficie. Le bidon de 20 litres d’huile d’arachide se discute entre 300.000 GNF et 310.000 GNF’’, précise-t-il.

Face à la hausse des prix, un autre marchand, sollicité par VisionGuinee, pointe un doigt accusateur sur les autorités guinéennes. ‘’Apparemment, l’Etat ne peut rien faire pour soulager la population. La fermeture des frontières a un très grand impact sur les prix. En Guinée, on ne produit pas assez, on importe presque tout. Donc si on ferme les frontières, on se fait nous-mêmes prisonniers’’, martèle-t-il sous le sceau de l’anonymat.

Il affirme que ‘’de nombreux produits importés du Sénégal sont rares aujourd’hui. Ceux qui existent sont chers. Parce que les camions qui quittent le Sénégal sont obligés de passer par le Mali avant d’arriver en Guinée’’.

Au marché de Koloma, une marchande souligne que le prix de l’ognon continue de grimper. ‘’Le sac d’ognon connait une hausse depuis quelques jours. Le prix est passé à 160.000 à 180.000 GNF’’, déplore-t-elle.

Quant à Mariam Diallo, elle justifie la hausse vertigineuse des prix par ‘l’les conditions difficiles du transport des marchandises. On sait que tous pendant le mois de Ramadan, les croyants consomment beaucoup de légumes notamment dans la préparation du lafidi’’.

Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 662 78 58 57/salimbalde91@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info