Accueil » Société » Un cabinet accompagne des jeunes dans la lutte contre le harcèlement sur Internet

Un cabinet accompagne des jeunes dans la lutte contre le harcèlement sur Internet

A l’occasion de la célébration de la Journée femme digitale(JFD), Krysecu, cabinet de conseils en sécurité des systèmes d’information, a organisé, ce samedi 17 avril, un atelier de formation qui a réuni une vingtaine de participants. La rencontre axée sur la lutte contre le cyber-harcèlement a eu lieu dans les locaux de la Maison de la presse à Kipé.

Avec la vulgarisation de l’Internet, de plus en plus d’utilisateurs, particulièrement les femmes, sont victimes de harcèlement sur les réseaux sociaux. Souvent les harceleurs menacent de révéler au grand jour les pires craintes de leurs victimes.

Laurent Treillard, responsable Krysecu, revient sur les causes qui motivent davantage le cyber-harcèlement.

‘‘Les auteurs de tels actes peuvent agir sous l’effet de la colère après un événement perçu comme une injustice (déception amoureuse ou licenciement), en raison d’un désir de relation, dans l’érotomanie (conviction délirante d’être aimé), par haine ou par besoin de contrôler la victime ou de l’amener à changer de comportement. Parfois, les motivations de l’auteur évoluent au fil du temps. Tous les stalkers (harceleurs) ont en commun le désir d’attirer l’attention, vécu sur un mode excessif’’, explique cet expert en cyber-sécurité.

Pour se mettre à l’abri du harcèlement via Internet, le cabinet Krysecu prodigue des conseils. ‘’Sur ordinateur, il faut chiffrer son disque dur ou mettre un mot de passe sur ses fichiers sensibles ou privés, mettre un mot de passe sur sa session Windows, activer un écran de veille, ne pas laisser sans surveillance son ordinateur, masquer sa webcam, mettre à jour le système et les applications’’, énumère entre autres M. Treillard.

‘’Sur le téléphone portable, il faut avoir un code sur sa carte SIM, avoir un code ou une empreinte pour le déverrouillage du téléphone, chiffrer la mémoire, masquer l’appareil photo frontal, ne pas prêter son téléphone (ou activer le mode invité), limiter la transmission de votre numéro de tél, mettre à jour le système et les applications’’, ajoute-t-il.

‘’Sur les réseaux sociaux, il faut activer la double authentification, activer le filtre à injures, vérifier vos connexions (appareil, géolocalisation, navigateur…). Il faut pas n’accepter tous les amis des amis ou cercle trop éloigné, ne pas tout rendre public, rester neutre dans vos propos, éviter la diffusion ou le partage de photos subversives’’, poursuit-il.

Mariame Diawara, l’une des participantes, se déclare satisfaite de la formation. ‘’J’ai beaucoup appris. Les femmes sont souvent victimes de harcèlement sur les réseaux sociaux. Souvent, il y a des gens qui ne sont pas forcément d’accord avec nos opinions et autres. Et dans les commentaires et même dans les messageries, on est menacées’’, souligne-t-elle.

Désormais, se réjouit-elle, ‘’je sais comment méfier de certaines personnes et prendre distance avec certaines publications et autres sur les réseaux sociaux’’.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 611 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info