Accueil » Interview » Dr Mohamed Lamine Diallo : ‘’la Zakat, bien utilisée, est une solution contre la pauvreté et le chômage’’

Dr Mohamed Lamine Diallo : ‘’la Zakat, bien utilisée, est une solution contre la pauvreté et le chômage’’

Pour purifier son jeûne, à la fin du mois saint de Ramadan, chaque fidèle musulman doit s’acquitter de la Zakât al-Fitr. En Guinée, le secrétaire général aux Affaires réligieuses dispose d’une direction générale chargée de collecter cette aumône pour la redistribuer aux nécessiteux.

Dans un entretien accordé mercredi à VisionGuinee, le directeur général du Fonds national de la Zakat et du Waqf, Dr Mohamed Lamine  Diallo nous parle de l’engouement que suscite cette obligation religieuse auprès des musulmans de Guinée. Lisez…

VisionGuinee : A l’instar de leurs coreligionnaires du monde entier, les musulmans de Guinée ont l’obligation de s’acquitter de la Zakât al-Fitr à la fin du mois de Ramadan. Dites-nous quel est l’engouement cette année autour de cette pratique religieuse ?

Dr Mohamed Lamine Diallo : Cette année, l’engouement est là. Par la grâce de Dieu, la majorité des musulmans sont informés qu’il faut prélever la Zakât al-Fitr et qu’il faut la donner. C’est devenu une tradition en Guinée. Mais pour ceux qui viennent à la direction, il faut dire qu’on s’attend à plus que ça. Certains viennent à notre niveau, mais quand on voit la population guinéenne, nous disons que nous n’avons pas atteint l’objectif que nous visons. Pour ceux qui viennent à la direction versée leur Zakât al-Fitr, on se rend compte que c’est largement en dessous de nos prévisions.

Pourquoi encouragez-vous les fidèles musulmans à déposer leur Zakât al-Fitr au niveau du Fonds national de la Zakat et du Waqf ?

C’est parce que quand quelqu’un donne seul, c’est différent de quand il s’agit de 10 ou 50 personnes qui donnent à quelqu’un. Ça c’est un avantage considérable. Deuxièmement, c’est pour éviter l’erreur de donner à quelqu’un qui n’a pas le droit d’en recevoir. Par la grâce de Dieu, ceux qui sont à la direction sont des experts en la matière, ils savent à qui donner la Zakât al-Fitr. Nous avons des répertoires dans laquelle se trouvent les différentes couches qui doivent bénéficier de la Zakat.

Selon l’islam, qui doit bénéficier de Zakât al-Fitr ?

Les personnes bénéficiaires sont citées par Dieu. En termes de Zakat, il n’appartient pas à l’individu de réinventer la roue. Dieu a déjà cité les ayant-droits. Pour ce qui est de la Zakat-Fitr, les pauvres et les nécessiteux sont les plus concernés.

Bon nombre de fidèles musulmans privilégient les mosquées en lieu et place de votre direction. Est-ce normal ?

La Zakât al-Fitr qui est collectée au niveau des mosquées n’est pas forcement pour les imams. Les fidèles partent vers les mosquées parce qu’on considère que les imams sont les personnes par excellence qui connaissent les ayant-droits. En fin de compte, les imams sont des croix de transmission entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent. Parce que les imams sont dans les sociétés et savent qui sont les nécessiteux dans leurs quartiers. Voilà pourquoi les fidèles musulmans vont vers eux. Ça ne veut pas dire que lorsqu’on donne à un imam la Zakât al-Fitr que cela lui revient directement.

En terme d’organisation, comment faites-vous pour toucher le maximum de nécessiteux ?

Nous sommes une direction avec des sections et divisions. Le secrétariat général aux Affaires religieuses est l’un des départements les plus décentralisés dans le pays.  Partout où il y a une mosquée ou une église, le secrétariat y est représenté à travers les conseils. Nous sommes donc représentés sur toute l’étendue du territoire national. Cela nous permettra d’atteindre toute la population.

En général, qu’est-ce que la Zakat peut changer dans les sociétés guinéennes ?

Ceux qui ont les moyens de faire la Zakat en tant qu’obligation divine, qu’il le fasse. Parce que ce sont des outils que Dieu met à notre disposition pour résoudre le problème de la pauvreté et du chômage dans nos sociétés. La Zakat, bien utilisée, est une solution contre la pauvreté et le chômage. Les pays qui l’ont expérimentée le savent, ça a été une réussite. Il n’y a pas de raisons qu’en Guinée, nous ne puissions pas réussir à faire de la Zakat, un instrument de lutte contre la pauvreté et le chômage. Nous sommes dans cette dynamique.

C’est pourquoi, nous encourageons nos frères et sœurs musulmans à venir au niveau des Fonds national de la Zakat et du Waqf, c’est leur direction. Ils ont la possibilité de participer à la réduction du chômage. Si la notion de la Zakat et Waqf sont bien comprises dans notre pays comme ailleurs, ce sera véritablement un instrument qui va nous permettre de ne pas toujours tendre la main à l’extérieur pour pouvoir manger correctement. Il y a des bras valides qui font la mendicité juste parce qu’ils n’ont pas les moyens ou les idées d’entreprendre. Nous avons ces moyens à notre niveau. Nous attendons nos frères et sœurs pour utiliser cet instrument qui Dieu nous a accordé.

Une prière pour les fidèles musulmans…

Je prie Allah d’accepter notre jeûne, qu’il nous donne beaucoup d’autres mois de Ramadan comme celui-ci et qu’il accepte les sacrifices que nous allons faire. Merci à votre média pur tout ce que vous faites pour l’islam. Que Dieu vous récompense.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info