Accueil » Société » Ismaël Condé à la barre : ‘’Si j’étais violent, ça veut dire que c’est Alpha Condé qui m’a appris la violence…’’

Ismaël Condé à la barre : ‘’Si j’étais violent, ça veut dire que c’est Alpha Condé qui m’a appris la violence…’’

Le procès de l’adjoint au maire de Matam et militant de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) s’est ouvert ce lundi 21 juin au tribunal de première instance de Mafanco. Devant la juge, Ismaël Condé, qui comparait à la barre, a nié les faits à lui reprochés.

Le numéro 2 de la mairie de Matam est poursuivi pour offense sur la personne du président de la République, production, diffusion, mise à disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre public, injures par le biais d’un système informatique.

‘’C’est la loi sur la cybercriminalité qui s’applique’’, souligne le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mafanco.

Calme et décontracté, Ismaël Condé s’est présenté à la barre avec un document de 7 pages, résumant des discours va-t-en-guerre tenus par Alpha Condé. Toutefois, dit-il à la juge, ‘’personne ne peut apporter de moindre preuve ici que le président de la République en personne en disant à ses militants ‘apprêtez-vous à l’affrontement’ leur invitait réellement à l’affrontement entre guinéens’’.

‘’Personne non plus ne peut apporter de moindre preuve que le chef de l’Etat en disant que cette élection c’est comme si nous étions en guerre, demandait à ses partisans d’aller faire la guerre à l’autre camp’’, ajoute-t-il, en restant droit dans ses bottes.

L’accuse poursuit en soutenant que ‘’personne ne peut apporter de moindre preuve contre moi en mettant la vidéo du Professeur Alpha Condé au colloque de Paris où toutes les autres communications que j’ai faites sur ma page Facebook que j’invitais les guinéens à prendre les armes ou que j’étais disposé à prendre les armes contre mon pays. C’était purement une communication politique et rien d’autre’’.

‘’J’ai été à l’école politique du professeur Alpha Condé, pas une autre. Si j’étais violent, ça veut dire que c’est lui qui m’a appris la violence alors qu’il n’était pas violent’’, se défend l’accusé qui croupit en prison depuis septembre 2020, précisant que contrairement aux faits qui lui sont reprochés, ‘’je n’ai pas insulté le président de République’’.

Depuis 20 ans, souligne-t-il avec insistance, ‘’j’ai milité pour Alpha Condé et le parti qu’il a créé. Ma mère a milité dans le parti du professeur Alpha Condé, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG)’’.

Ismaël Condé a demandé à la présidente du tribunal, Djénabou Donghol Diallo, de le relaxer. ‘’Je vous implore de me laisse rentrer chez moi après plus de 9 mois de détention pour que je continue à me battre pour mon pays, ma commune et aux valeurs démocratiques auxquelles je crois’’, plaide-t-il.

Le procès suit son cours normal dans la salle d’audience du tribunal de Mafanco.

Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 662 78 58 57/salimbalde91@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info