Accueil » Interview » Aboubacar Soumah aux militants de l’UFDG : ‘’il y a eu des morts et des blessés dans les manifs, faut-il en rajouter ?’’

Aboubacar Soumah aux militants de l’UFDG : ‘’il y a eu des morts et des blessés dans les manifs, faut-il en rajouter ?’’

Samedi, au cours de l’assemblée générale virtuelle de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), la jeunesse du parti a soumis à Cellou Dalein Diallo une requête de reprise des manifestations de rue pour exiger la libération des responsables détenus à la maison centrale ainsi que la réouverture du siège et des bureaux de la formation politique.

Dans un entretien accordé à VisionGuinée, le député Aboubacar Soumah, président du parti Guinée pour la démocratie et l’équilibre (GDE) se dit contre la reprise des manifestations et propose à l’UFDG des pistes de solutions. Lisez…

VisionGuinee : Comment analysez la menace de reprise des manifestations émise par la jeunesse de l’UFDG ?

Aboubacar Soumah : Il n’est pas opportun de reprendre les manifestations. Quoi qu’on dise, et c’est vrai, le droit de manifester est consacré par la Constitution. Chacun doit avoir la possibilité de manifester. Mais le contexte actuel n’est pas bien indiqué avec la pandémie de Covid-19. Le moment n’est pas opportun.

Pensez-vous que le camp de Dalein doit surseoir à toute manifestation ?

L’UFDG a des responsables et militants en prison. Le procès de ces derniers n’est pas encore programmé. Faut-il en rajouter ? Moi je pense qu’il faut changer de stratégies. La diplomatie politique me parait plus efficace à l’intérieur comme à l’extérieur. Dans la vie, l’essentiel, c’est d’obtenir ce qu’on veut. Je suis un chimiste, j’applique la loi de Heus qui dit que dans un processus, ce ne sont pas les méthodes intermédiaires qui sont importantes, c’est plutôt les étapes finales. Lorsque vous voulez conquérir quelque chose, c’est l’objectif final qu’il faut voir. La voie peut ne pas être rectiligne, mais l’essentiel, c’est que vous atteignez votre objectif.

A vous entendre, il y a des choses plus importantes à faire que descendre dans la rue…

L’objectif de l’UFDG, c’est la conquête du pouvoir. Mais il faut d’abord obtenir la libération des centaines de prisonniers et essayer de faire en sorte de remonter le moral des troupes qui sont là. Sinon, on risque d’avoir d’autres prisonniers en voulant aller à des manifestations. Il y a eu des morts et des blessés dans les manifs, faut-il en rajouter ? Encore une fois, je crois qu’il faut changer de stratégies. Rien n’est éternel sur cette terre, la patience est le chemin d’or. Aujourd’hui, le pouvoir est incarné par le Professeur Alpha Condé. Mais nous devons savoir qu’il n’est pas éternel. Il a remplacé des gens et d’autres le remplaceront un jour. C’est la Guinée qui est éternelle. C’est la vie des citoyens qui doit primer sur tout ce que nous faisons. Toute stratégie qui ne va pas dans ce sens est à rejeter.

Est-ce une manière d’appeler l’UFDG à prendre son mal en patience ?

C’est ce qui est plus utile au lieu d’avoir des nouveaux prisonniers et victimes. Ceux qui ont perdu la vie, même si demain Cellou Dalein vient au pouvoir, va-t-il les ressusciter ? Non ! Ceux qui sont blessés et qui portent un handicap à vie, est-ce qu’il va les soigner tous ? Non ! Est-ce qu’il va indemniser l’ensemble des familles victimes ? Non ! Donc je pense si on n’est pas là pour soi et qu’on veut se battre pour l’ensemble des citoyens guinéens, il faut changer de stratégie. On ne vient pas au pouvoir pour gouverner des cimetières. On vient gouverneur le peuple de Guinée. Si cela est vrai, on doit changer de stratégies.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. Manifestater est un droit constitutionnel.Il appartient à la justice de trouver les ASSASSINS LORS DES MANIFESTATIONS.Et,ce n’est pas parce qu’il y a eu des morts que les Manifestations de rues sont terminées.Personne n’est obligé de sortir manifester contre la dictature et l’arbitraire dans un pays.Chacun est responsable de sa liberté d’expression et de manifestation.

  2. Pauvre type. Heureusement que Mandela n’avait pas cette mentalité. L’Afrique du Sud serait encore sous le joug de l’apartheid.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info