Accueil » Société » Un jeune de Bambeto perd l’usage de ses parties génitales après avoir été bastonné par son patron nigérian

Un jeune de Bambeto perd l’usage de ses parties génitales après avoir été bastonné par son patron nigérian

En 2016, la vie de Mamadou Pathé Bambeto, 25 ans, a basculé d’un seul coup. Assistant vendeur dans une boutique à Madina, il a été tabassé par son patron qui le soupçonne de lui avoir soutiré de l’argent. Le diagnostic des médecins après avoir reçu un violent coup de pied dans ses bijoux de famille, révèle que le jeune homme ne peut pas concevoir d’enfants.

 Au micro de VisionGuinee, il relate son récit pathétique. Lisez…

Jonathan était mon patron, on travaillait ensemble. Il avait l’habitude de me donner de grosses sommes pour aller déposer à la banque. Souvent, il peut donner jusqu’à 50 millions GNF et des sommes en devises étrangères. Le 22 avril 2016, il m’a donné un montant de 3000 dollars, je suis parti verser l’argent et je lui ai remis le reçu.  Une heure après, mon grand frère Tibou m’a appelé pour une petite course.  Il avait déposé 600.000 GNF sur mon compte Orange money pour l’achat d’un téléphone.

Du coup, j’ai demandé la permission à mon patron pour aller acheter le téléphone. Après mon retour, il a appelé un cambiste pour l’achat de devises. Il a sorti du magasin la somme de 10 millions GNG. Entretemps, mon grand-frère m’a rappelé pour savoir si j’ai acheté son téléphone. Au moment où je m’apprêtais à décrocher le téléphone, il [mon patron] m’a appelé pour me demander si c’est comme ça je travaille. Je lui ai dit comment ? Il m’a demandé de me lever pour qu’il me fouille. J’ai mis mes deux mains sur la tête pour qu’il me fouille. Il a retrouvé 200.000 GNF dans mes porches. Automatiquement, il a dit ‘c’est mon argent’. Après, il m’a donné un coup de pied sur mes parties génitales et un autre sur la tête. Je me suis évanoui. On m’a transporté à l’hôpital Donka, puis Ignace Deen. On m’a demandé de faire une échographie. Quand j’ai ramené les résultats, on m’a dit mon organe génital a été atteint et qu’il faut que je subisse une opération chirurgicale. 

Nous avons porté plainte à la DPJ. Quand ils ont convoqué le nigérian, il a reconnu les faits. Dans un premier temps, il a versé 9 millions GNF pour mes premiers soins médicaux. Le deuxième jour, il s’est déplacé pour venir me voir à hôpital Ignace Deen. Lorsque qu’il m’a vu, il a pleuré et m’a demandé pardon. Je lui ai dit, le jour où je serai guéri, on va en parler. Il est rentré chez lui sans être arrêté. Un mois après ma sortie à l’hôpital, il est venu à la maison pour promettre un salaire à vie. C’est ce jour qu’on m’a confirmé que je ne pourrai pas faire des enfants. Il m’a promis qu’il allait prendre un de ses enfants pour me donner. 

Entretemps, il est revenu à DPJ en disant qu’il est venu me voir pour m’offrir un sac de sucre et de riz ainsi qu’une somme de 300.000 GNF pour ma dépense. Quand la DPJ m’a appelé pour me demander, j’étais étonné. Et j’ai expliqué ce qui s’est passé. Il a dépêché quelqu’un de l’ambassade du Nigeria pour me rencontrer. Ce dernier m’a promis 100 bœufs et la somme de 70 millions GNF.

Difficilement, la DPJ a accepté de déférer le dossier au tribunal de Dixinn. Lorsque le dossier a été déféré, le juge d’instruction a appelé mon avocat pour lui dire qu’il veut me voir. Il m’a demandé ce qui s’est passé, j’ai relaté les faits. Il m’a demandé ce que je veux, je lui ai dit que c’est de l’argent pour me soigner. Le juge m’a dit dans 1 mois, il va programmer le dossier et que le nigérian a été placé sous contrôle judiciaire, qu’il ne peut pas se déplacer.  Un jour, mes amis de Madina m’appellent pour m’informer qu’il [le nigérian] est à Dubaï. On m’a transmis ses coordonnées téléphoniques. J’ai appelé et le numéro fonctionnait.

Je suis reparti voir le juge d’instruction, le doyen Diawara de Dixinn, pour l’expliquer le cas, il m’a demandé si je veux l’envoyer chez les marabouts. Il m’a dit que le jour où un journaliste va dire son nom dans les médias, il va m’emprisonner. Sur le coup, un gendarme est venu me faire sortir de force de son bureau.

Je suis toujours malade. Cela a entrainé mon divorce. Le jour où mon épouse a appris que je ne peux pas faire des enfants, j’ai senti qu’elle va m’abandonner. Mon médecin m’a recommandé de faire un examen de sperme pour voir si je peux avoir un enfant, mais je ne pouvais pas le faire seul. Une fois, mon épouse est venue m’assister pour éjaculer, mais le médecin m’a dit que c’est trop faible.  Elle est partie depuis 3 ans et elle s’est même remariée avec un autre pendant le mois de ramadan passé.

On doit m’évacuer pour être opéré au Sénégal, en Tunisie ou en France. On est en train de me traiter, car je perds du sang. On me demande 900 000 GNF pour chaque ordonnance.  J’ai subi deux opérations. Je ne peux manger du riz, c’est seulement le thé que je bois.

Je demande à tous les bonnes volontés et les ONG de m’aider. Mon numéro Orange Money, c’est le 623 15 10 26. Je sollicite l’assistance du président de la République, ma santé est en danger. Depuis 2 mois, j’ai du sang dans l’urine et les selles.

Par Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 662 78 58 57/salimbalde91@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info