Accueil » Interview » Le maire de Kounsitel plus que jamais inquiet : ‘’l’or est devenu notre malheur. Si on pouvait revenir en arrière…’’

Le maire de Kounsitel plus que jamais inquiet : ‘’l’or est devenu notre malheur. Si on pouvait revenir en arrière…’’

Depuis la découverte d’une mine d’or à Kounsitel, relevant de la préfecture de Gaoual, les habitants vivent entre la peur et l’inquiétude. Pour le maire de la localité, qui a accordé un entretien à VisionGuinee, la présence du métal jaune dans sa juridiction est en passe de transformer en malheur pour les populations.

VisionGuinee : M. le maire, Kounsitel a enregistré des remous sociaux cette semaine. Quelle est la situation qui prévaut actuellement dans la localité ?

Mamadou Chérif Diallo : Pour le moment, le calme est revenu dans la cité. Ce sont des jeunes qui se sont attaqués à la population d’ici. Ce n’est pas un affrontement.

Kounsitel était une localité paisible. Pensez-vous que la découverte de l’or constitue un malheur pour les habitants ? 

Oui, l’or est devenu notre malheur. Nous, nous pensions être à l’abri. Si on pouvait revenir en arrière, personne n’allait prier pour la découverte de l’or à Kounsitel. Nous ne vivons pas très bien actuellement. Les orpailleurs sont venus de partout, la ville est pleine et la vie est devenue très chère. Nous, nous n’exploitons pas alors que ceux qui sont venus d’ailleurs en complicité avec les forces de défense et de sécurité le font. Maintenant qu’ils commencent à s’attaquer à nous, c’est encore plus grave. Dès le début, nous n’avons pas voulu chasser un guinéen dans une ville de la Guinée. Nous avons juste voulu qu’ils s’occupent seulement des mines d’or. Mais s’ils s’attaquennt à nous juste parce que les jeunes se sont organisés pour aller les empêcher de rester dans la brousse, c’est vraiment difficile.

Le gouvernement a ordonné la fermeture de la mines d’or. Malgré la présence des forces de défense et de sécurité, l’exploitation continue-t-elle sur le terrain ?

Bien sûr ! L’exploitation continue de plus belle. Depuis qu’il y a eu la pagaille, c’est encore pire. Parce que nos jeunes avaient commencé à surveiller les lieux. Les orpailleurs sont maintenant en complicité avec les forces de défense. Nuit et jour, ça travaille.

Au vu et au su de tous…

L’interdiction est intervenue le 8 juin. Mais en complicité avec les forces de sécurité, les orpailleurs travaillent. Ce qu’ils font, nous nous ne pouvons pas le faire. Nous, nous sommes pauvres et les militaires demandent un million pour chaque machine pour pouvoir travailler. Les habitants de Kounsteil n’ont pas de machines et ils ne peuvent pas payer 1 million par jour pour aller travailler. Seulement ceux qui sont venus peuvent le faire.

A vous entendre, les orpailleurs sont protégés par les forces de l’ordre ?

Evidemment ! Sinon ce ne serait pas possible d’exploiter la mine d’or.

Comment la population vit cette période?

Tout le monde est inquiet. Les habitants ne travaillent pas. Si nos hôtes commencent à nous menacer, ça devient préoccupant.

Les mines d’or facilitent souvent la prostitution. Est-ce que le constat à Kounsitel ?

Disons que de nombreux orpailleurs étaient venus avec des femmes. On ne sait pas s’il s’agit de leurs épouses ou concubines. Mais les femmes sont aussi nombreuses. Ces femmes ont des occupations pour se couvrir. On ne cherche pas à savoir leurs liens.

Nous sommes en période de Covid-19 et Kounsitel n’est pas à l’abri du coronavirus…

Nous sommes vraiment exposés à cette pandémie. Dans les sites d’exploitation, personne ne porte un masque. C’est vraiment dangereux surtout avec les nouveaux variants Covid-19. On a vraiment peur.

Que faites-vous pu éviter des affrontements entre orpailleurs et habitants ?

C’est à travers des actions de sensibilisation. Si on ne sensibilise pas, ce ne serait pas bon. Nos jeunes veulent se venger. Nous leur disons de ne pas le faire parce que ça risque d’aggraver la situation. S’il y a des affrontements entre ceux qui sont venus et les habitants, les choses seront davantage plus difficiles à gérer. Nous faisons tout pour qu’il n’y ait pas de nouveaux affrontements.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info