Accueil » Libre opinion » Drame en Afghanistan : les femmes et les filles, victimes présumées des Talibans 

Drame en Afghanistan : les femmes et les filles, victimes présumées des Talibans 

La prise du pouvoir par les Talibans qui a mis en déroute le gouvernement afghan a incité le Parlement Européen a convoqué les députés en vacances à une session extraordinaire pour une réunion conjointe de la commission Affaires étrangères (AFET) et celle de Développement (DEVE). Ci-joint le communiqué de la vice-présidente de la commission « Développement ».

Nous sommes tous sous cette onde de choc, abasourdis, à la suite de la prise du pouvoir par les Talibans en Afghanistan. Nous sommes confrontés à un état d’urgence avec le retrait des troupes européennes qui confirme l’échec monumental que la mission s’était assignée. La situation actuelle est un désastre, et va remettre en question la politique migratoire de l’Union européenne en ce qui concerne les réfugiés. La peur règne en Afghanistan et il va falloir en tirer des leçons.

L’Union européenne doit faire preuve de solidarité vis-à-vis de tous ceux qui ont participé à mettre en valeur les droits humains. En effet, les femmes Afghanes avaient contribué à l’édification d’une société civile démocratique. Elles espéraient également ouvrir des perspectives prometteuses aux générations de femmes qui allaient leur succéder.

En effet jusqu’à cette date, 27% des 250 sièges du parlement afghan étaient réservés aux femmes. L’éducation a connu un regain de   participation des femmes qui a atteint un taux de plus de 65%. Des millions de filles ont pu fréquenter des établissements scolaires, des milliers de jeunes femmes ont pu aller à l’université. On estime également qu’environ 22 % de la main-d’œuvre afghane est désormais féminine et que les femmes occupaient des postes de décision dans la politique, dans le système judiciaire et dans l’armée.  Plus de 200 femmes exerçaient la profession de juges. En avril 2021, on comptait plus de 4 000 femmes dans les forces de l’ordre.

Tous ces réalisations en faveur des femmes et des filles vont probablement s’envoler. On peut supposer que ces droits acquis durant ces 20 dernières années seront confisqués par le nouveau régime. Malgré les déclarations de façade des Talibans, comme le laisse supposer leur déclaration:  «Les femmes pourraient travailler dans les limites de la charia. » 

Il est probable que cela ne soit qu’un vœu pieux. Et même si les Talibans font actuellement les yeux doux au pays occidentaux, il faut être méfiant en ce qui concerne leur future politique.

Il sera “intéressant” de voir comment la Charia sera interprétée. Que signifie cela ? Les Talibans accepteront-ils que les femmes occupent des postes de décision ? Les images de violence que l’on voit à la télévision ne présagent rien de bon.

Or, selon les rapports des activistes, des femmes ont été renvoyées de leur travail et de leurs universités dans les villes tombées sous le contrôle des Talibans. Les flagellations de femmes dans les campagnes ont repris de plus belle. Il en est de même des mariages forcés qui ont déjà commencé dans les provinces conquises par les Talibans. Les femmes doivent être maintenant accompagnées d’un chaperon quand elles sortent. Il est clair que les autres traditions désuètes comme les mutilations génitales féminines (MGF) et les comportements caducs vont suivre. L’Afghanistan est un pays de tradition patriarcale. Les Talibans ne vont pas vouloir perdre le contrôle qu’ils peuvent effectuer sur les femmes en les forçant à des restrictions dans le domaine de l’éducation, de leur préférence vestimentaire et celui de leur liberté de mouvement. Déjà les affiches de mode féminine sont recouvertes d’une peinture blanche.  

Le peuple Afghan : les femmes, les filles, les enfants méritent de vivre en sécurité et en dignité. Par conséquent toutes formes de discrimination, d’abus et de violence doivent être absolument bannies.

Quel est l’état des négociations entre l’Union européenne avec les pays voisins afin de pouvoir faire évacuer non seulement ceux qui ont travaillé avec les pays européens, comme les interprètes et les traducteurs  mais aussi les activistes, les agents des organisations humanitaires et les militant-e.s des droits humains qui ont défendu les valeurs universelles ? Nous devons envisager d’accorder des visas humanitaires à toutes ces personnes afin qu’elles puissent être réparties dans les divers pays européens qu’elles ont servi en Afghanistan.

L’Union européenne doit apporter une aide humanitaire et un soutien aux Afghans et Afghanes qui ont besoin de protection. Il va falloir trouver de nouveaux canaux de communication avec les Talibans afin qu’ils acceptent de respecter les droits des femmes. 

L’Afghanistan est l’un des grands bénéficiaires de l’aide européenne au développement, en ce moment critique et dramatique, que compte faire l’Union Européenne afin que les droits humains qui sont des droits universels ne soient pas compromis et que la sécurité et la dignité du peuple et particulièrement des femmes et des filles Afghanes soient assurées par le nouveau régime ?

Dr.  Pierrette Herzberger-Fofana,
Députée au Parlement Européen,
Vice-Présidente de la commission Développement
Membre de la commission Affaires Etrangères
Réunion extraordinaire conjointe de la Commission Développement DEVE et Affaires étrangères AFET sur la situation en Afghanistan. Parlement européen.

Bruxelles.19.8.2021

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info