Accueil » Société » Prélèvement de 5% sur le salaire des fonctionnaires : Aboubacar Soumah se désolidarise de la CNTG et l’USTG

Prélèvement de 5% sur le salaire des fonctionnaires : Aboubacar Soumah se désolidarise de la CNTG et l’USTG

Le secrétaire général du Syndicat des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) assure que sa structure ne se reconnait pas dans la déclaration de l’intercentrale CNTG-USTG au sujet du prélèvement de 5% sur le salaire des fonctionnaires et 2% sur la pension des retraités.

Aboubacar Soumah affirme qu’avant de procéder à des prélèvements pour financer l’Institut national d’assurance maladie obligatoire (INAMO) et la Caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat (CNPSAE).

Mercredi, le patron de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG), Amadou Diallo a rappelé que la loi 027 portant statut général des agents de l’Etat dispose en son article 63 que ‘’tout agent de l’Etat est tenu de payer sa part de cotisation pour la pension de retraite et la protection sociale. Les modalités de paiement de la cotisation de l’agent de l’Etat, sont fixées par voie règlementaire’’.

Il a encouragé ‘’tous les fonctionnaires et retraités à soutenir activement et positivement l’opérationnalisation des deux Institutions en payant régulièrement leur part de cotisation qui s’élève à 5% du salaire mensuel pour les actifs et 2% de la pension mensuelle aussi pour les retraités’’.

Une déclaration à laquelle refuse de s’associer le syndicaliste Aboubacar Soumah. ‘’Ça n’engage pas le SLECG. On était conviés à cette réunion. Avant même que je n’arrive, ils ont lu leur déclaration. Ils n’ont même pas demandé l’avis de notre structure. Donc ça n’engage nullement pas le SLECG’’, indique-t-il.

Il affirme que ‘’nous avons accepté que le prélèvement de 5% soit effectué sur le salaire des fonctionnaires parce qu’on s’est battus pour que l’INAMO et la CNPSAE soient créées. Mais avant tout prélèvement, l’Etat doit d’abord penser à une majoration ainsi qu’à des mesures d’accompagnement’’.

Le secrétaire général du SLECG estime que le gouvernement doit tenir compte des conditions de vie des travailleurs guinéens en cette période de crise économique et sanitaire.

‘’Le gouvernement a augmenté le prix du carburant à la pompe sans prévoir des mesures d’accompagnement. On connait tous les conditions de vie des travailleurs. Si on prélève encore 5% sur leurs salaires, ça va compliquer davantage la situation’’, assure le camarade Soumah.

Aissatou DIALLO, pour VisionGuinee.Info

00224 621 82 08 53/aissatou.diallo@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info