Accueil » Interview » Vers la ‘’mort’’ de l’ANAD avec un rapprochement entre Dalein, Sidya et Kouyaté ? Un allié de l’UFDG brise le silence…

Vers la ‘’mort’’ de l’ANAD avec un rapprochement entre Dalein, Sidya et Kouyaté ? Un allié de l’UFDG brise le silence…

Des rumeurs font état de pourparlers entre Cellou Dalein Diallo et des anciens Premiers ministres issus des rangs de l’opposition pour faire face au pouvoir d’Alpha Condé. Dans les rangs de l’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD), on craint que le leader de l’UFDG ne soit utilisé à des fins politiques.

Au micro de VisionGuinee, le président de l’Union démocratique pour le renouveau et le progrès (UDRP) met les points sur les i et rassure.

VisionGuinee : Depuis quelques jours, des médias font état d’une possible implosion de l’ANAD au détriment d’une coalition entre Dalein, Sidya Touré et Lansana Kouyaté. Quelle est votre lecture de cette situation ?

Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou : Nous avons justement lu à travers les médias d’une prétendue implosion, mais il n’y a rien de tel au sein de l’ANAD à ce que je sache. Nous sommes encore très sereins, il n’y a encore rien que ce soit qui puisse nous indiquer qu’il y a d’autres dispositions qui ont été prises.

Nous savons qu’il y a eu des approches, des négociations ou des pourparlers entre un groupe du FNDC et l’ANAD. Là, nous avons un protocole d’accord qui avait été élaboré, on a tous pris connaissance du document, on attendait que des gens viennent pour la signature. Mais dire que l’ANAD va disparaitre parce qu’il y a une tentative de rapprochement, ce n’est pas du tout le cas. Et il n’y a pas de situation de crise au sein de notre alliance.

En acceptant de formation une coalition avec des leaders qui ne l’ont pas soutenu quand il s’est autoproclamé vainqueur de la présidentielle, Dalein ne risque-t-il pas de commettre une erreur politique ?

Il y a une sorte d’egos dans cette situation. Aller à la présidentielle en ce qui concerne Dalein et ses alliés ANAD et le FNDC qui s’opposent au 3ème mandat, c’est une tendance qui converge pour barrer la route à M. Alpha Condé. Dans tous les cas, les deux voies étaient complémentaires. Seulement, nous croyons que si notre candidat gagne, on pouvait avoir le soutien des autres. Nous avons décidé d’aller à l’élection du 18 octobre parce qu’on n’a pas la même lecture de la situation. Nous, nous sommes dit que ne pas aller à ce scrutin, c’était une façon de laisser un boulevard ouvert à Alpha Condé. Si on parle aujourd’hui de revendications, c’est parce que nous sommes partis à la présidentielle et avons gagné la compétition. Si ce n’était pas le cas, l’affaire serait déjà conclue.

Quelle réponse donnez-vous à ceux qui pensent qu’on veut utiliser de nouveau Dalein et ses militants en parlant d’une coalition ?

Ça peut être une tentative d’utilisation de Dalein. Mais s’il veut parler, ce ne serait pas en son nom personnel. Il va parler au nom de l’ANAD en même temps. Certains veulent aussi faire comprendre à certaines formations politiques que M. Cellou Dalein Diallo est en train de négocier pour lui seul. Mais nous, nous avons compris cela et transcendé cette tendance pour dire que nous restons sereins. Parce que quand on est retrouvés pour parler, il n’y a pas eu de divergences de points de vue.

A la place de Dalein, qu’auriez fait ?

Nous poursuivons les dénonciations et les démarches entreprises. Parce que nous sommes des légalistes. Des gens veulent qu’on leur dise qu’il y a d’opposants en prison, on doit inciter la population à sortir. Nous sommes des légalistes et entreprenons des démarches légales. Notre démarche s’inscrit dans ce cadre. Oui ! Il y a des gens en prison. Et les risques sont associés à tout ce que nous faisons surtout les hommes politiques. Quand vous vous engagez en politique, c’est en connaissance de tous les risques. Il ne faut pas que le pouvoir puisse utiliser les prisonniers pour monnayer leurs convictions. Quand on s’engage dans un processus, c’est avec une conviction totale et il faut qu’on soit prêt à tout.

Dalein est de notre côté, nous partageons les mêmes visions. Toutes ces questions ont été discutées en plénière de l’ANAD. Il n’y a pas des dispositions contraires. Jusqu’à présent, il n’a pas montré qu’il va d’un autre. S’il entreprend des pourparlers, c’est au niveau de l’ANAD.

Quelles sont vos conditions pour rejoindre votre alliance ?

D’abord, nous exigeons que notre victoire soit reconnue. Les faits sont là. Qu’est-ce que ça fait que dire que nous avons gagné la présidentielle ? Nous pensons que ce n’est pas de la mer à boire surtout que notre victoire est supportée par des faits. Les portes de l’ANAD sont ouvertes, si les conditions de la charte sont acceptées par ceux qui veulent venir avec nous, il n’y a pas de problème. Dalein nous a dit qu’il ne retourne pas au FNDC (…). En tout état de cause, il faut un acte qui scelle l’approchement.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info