Accueil » Économie » Le ministre du Budget persiste et signe : ‘’Dans 2 ou 3 ans, l’affaire des routes sera derrière nous…’’

Le ministre du Budget persiste et signe : ‘’Dans 2 ou 3 ans, l’affaire des routes sera derrière nous…’’

Devant les députés à l’Assemblée nationale, le ministre du Budget a assuré que le problème des routes sera bientôt un lointain souvenir pour les guinéens. Face à la presse samedi, Ismaël Dioubaté a réitéré ses propos avant de se livrer à un exercice d’explication pour convaincre l’option.

En juillet dernier, lors du Conseil des ministres, le président de la République, Alpha Condé, a déploré a déploré ‘’l’état des voiries urbaines de Conakry surtout en cette période hivernale’’.

Le chef de l’Etat a rappelé à l’attention de tous que ‘’les conditions et procédures de passation des contrats et de marchés dans le domaine des travaux publics notamment déterminent dans une large mesure la qualité et durabilité des ouvrages réalisés ainsi qu’une bonne administration et gouvernance politique et économique’’.

Pour le ministre Ismaël Dioubaté, ‘’la question des routes est une préoccupation du président de la République. J’ai dit à l’Assemblée nationale que dans 2 ou 3 ans, l’affaire des routes sera derrière nous’’. Explications.

« On a mal interprété mes propos. Ce que je vous dis, écrivez-le. La RN1 Coyah-Kouroussa, le financement est bouclé. De Coyah à Dabola, 475 Km, le financement est bouclé aussi. Il provient de l’accord-cadre de 20 milliards de dollars signé entre la Guinée et la République populaire de Chine. L’entreprise CRBC est en train de travailler sur cette route. N’eut-été la période Covid qui a bloqué tous les travaux, en réalité, les travaux devaient finir en 2023. Pour la route Dabola-Kouroussa, les travaux sont exécutés à presque 80% sur financement de la Banque islamique de développement (BID).

Vous avez PK83 Kissidougou-Guéckédou- Kondenbadou qui est également financé par la Banque islamique de développement. Vous avez la route Coyah- Farmoriah dont le financement est assuré par la Banque africaine de développement (BAD) et les travaux ont commencé. Vous avez Boké-Kébou à la frontière avec la Guinée Bissau avec un financement conjoint de la BID et de la BAD. Vous avez les échangeurs de Bambeto et Cosa dont les financements sont aussi bouclés. Ils sont conjointement financés par le Fonds koweïtien et le Fonds d’Abu Dhabi. Le ministre de l’Economie et des Finances, il y a juste un mois, est allé signé les conventions. Un échangeur est en construction à Kagbelen, l’autre sera construit au KM 36.

Nous avons aussi 4 à 5 ponts dont les financements ont été obtenus. Toutes les routes dont les financements sont obtenus, des dispositions sont en train d’être prises pour les exécuter conformément aux standards internationaux requis en la matière. Ces routes, notez-le, seront terminées dans 3 à 4 ans plus tard. Je le dis en connaissance de cause. Je ne suis pas le ministre des Travaux publics. Je suis à la tête du département du Budget (…). Mais ce qui est important en matière de routes, c’est l’obtention du financement ».

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info