Accueil » Libre opinion » Doter la Guinée d’un fichier électoral en 6 mois est-il possible ?

Doter la Guinée d’un fichier électoral en 6 mois est-il possible ?

La mise à jour du fichier électoral est un impératif pour l’organisation d’une élection crédible et transparente en Guinée, vœu de toutes les guinéennes et guinéens. Ce fichier électoral ne reflète pas la réalité. Il est taillé sur mesure par le régime d’Alpha Condé pour truquer les élections.

L’état du fichier électoral préoccupe donc grandement nos compatriotes. Rappelons que ce fameux fichier électoral répertorie 5 367 198 électeurs sur 12 771 246 habitants que compte la Guinée.

La sempiternelle question que les guinéennes et guinéens se posent est la suivante : Peut-on doter la Guinée d’un fichier électoral crédible en moins de 6 mois ? La réponse est  Oui.

La junte militaire qui a mis un terme à la dictature d’Alpha Condé doit faire de la mise à jour du fichier électoral sa priorité absolue. Notre pays dispose d’innombrables moyens humains, techniques et financiers lui permettant de le faire en un temps record (moins de 6 mois).

Il vous souviendra qu’en octobre 2020, notre parti, UFDG, a réussi à mettre en place une application de centralisation des votes qui a fait ses preuves durant les élections en Guinée et révolutionné le système électoral en Afrique de l’Ouest. Nous étions en mesure de compiler et de donner les résultats des urnes 6h après la fermeture des bureaux de vote.

Avec une volonté politique manifeste, la biométrisation du nouveau fichier électoral est possible, gage des élections crédibles et transparentes.

Ce petit plan démontre la possibilité de mettre à jour notre fichier électoral en 60 jours.

Données Formules Catégorie
Hypothèse 1 : supposons qu’en une journée, chaque agent recense en moyenne 50 personnes.

1 agent = 50 Personnes

Hypothèse 2 : supposons qu’on déploie 2500 agents sur toute l’étendue du territoire national
Hypothèse 3 : supposons que la population guinéenne en âge de voter est de 7 500 000 hbts (Quartiers/secteurs) 15741 a= xp
2500 Agents peuvent recenser en une journée (2500*50 = 125 000) personnes

Xp= (15741a*50p)/1a

En une journée : 2500 agents = 125 000 Personnes recensées (électeurs)

Xp =

1 journée = 125 000 Personnes 1 J = 125 000 p
X jours : le nombre de jours nécessaires pour recenser les

7.500.000 habitants

X J = …. p

Le nombre de jours nécessaires pour recenser les 7.500.000 de personnes (X J) =

X J = (1 J * 7 500 000 p) /

125 000 p

X J = (1 J * 7 500 000) /

125 000 p

Nombre de jours pour recenser les 7 500 000 pers 60 Jours
Nombre de mois pour recenser les 7 500 000 pers 2 Mois

Notre pays traverse une impasse démocratique depuis 2010, à cause d’un système électoral peu crédible, qui n’offre pas aux guinéens la possibilité de choisir librement leurs dirigeants, et cela, drapé d’une justice à géométrie variable.

Les populations guinéennes fondent leurs espoirs sur le Lieutenant-colonel Doumbouya à condition qu’il ne se détourne pas de sa mission principale qui est l’organisation d’une élection présidentielle crédible et transparente dans un bref délai.

Comment y parvenir ?

Il convient de faire une petite piqure de rappel sur notre fameux processus électoral à la ‘’Konaté et Condé’’.

Souvenons-nous de notre histoire pour éviter les « erreurs du passé », notre pays souffre d’un mal profond qui est celui de l’impartialité de ses Hommes. En 2010 la transition applaudie et chouchoutée par le peuple n’a été qu’une chimère, du fait notamment d’une institution électorale (CENI) dépravée, et du rôle partisan joué par la junte militaire d’alors à la tête le Générale Sekouba Konaté.

La campagne tous azimuts de « tous contre un », à travers une campagne de diffamation orchestrée par l’adversaire d’alors ‘’Condé’’, est soutenue et entretenue par des agents véreux de l’administration publique.

Les résultats issus des urnes ont été altérés, c’est un secret de polichinelle. La machination était lésée au point que le PV de centralisation de la commune de Ratoma qui donnait Mr Cellou Dalein DAILLO vainqueur dès le premier a disparu sur le chemin de son acheminement vers le siège de la CENI, et cela sans aucune explication encore moins une enquête afin de rétablir le candidat dans ses droits.

La Guinée est devenue malheureusement une référence en matière de fraude électorale par des moyens simplistes, 4 mois pour organiser un deuxième tour. C’est une évidence, ce délai avait été anormalement allongé en vue de favoriser Alpha Condé aux présidentielles de 2010.

Le rôle de la junte militaire ne saurait être celui d’amorcer le développement de la Guinée, mais plutôt d’organiser des élections libres crédibles, transparentes et acceptées de tous en un délai court. Si ces vœux du peuple de Guinée se réalise, le Lieutenant-colonel sera à jamais gravé dans nos mémoires.

Certes, nous avons un fichier électoral en lambeau car ne reflétant pas les réalités du pays. Les anomalies sont nombreuses, au rang desquelles, il y a le gonflement du nombre d’électeurs dans certaines régions dont celle de Kankan. En toute objectivité, en aucun cas une région de l’intérieure de la Guinée ne pourrait prétendre être plus peuplée que la capitale ‘’Conakry’’.

Dans l’histoire des élections, c’est une prouesse pour Kankan. Cette partie de la Guinée composée de 5 circonscriptions électorales sur 38 à elle seule représente plus de 20% des 5 millions d’électeurs qui seraient inscrites dans notre fameux fichier électoral taillé sur mesure. Les doublons se comptent en million dans ce fichier, les délais de révision n’ont jamais été respectés, les guinéens de l’extérieur sont empêchés de voter par une panoplie de contraintes administratives insurmontables dans nos ambassades et consulats.

Ce n’est un secret pour personne, tout était mis en œuvre pour priver les guinéens du droit de choisir librement leurs représentants, ce déni de démocratie fut aggravé par le régime de Mr Alpha Condé depuis son installation.

Quelle solution pour sauver notre processus électoral ?

Pour une élection libre et transparente, ces deux leviers sont incontournables (Une CENI crédible et un appareil judiciaire impartial). Une institution électorale forte et crédible : Le déficit de confiance entre les guinéens a atteint son paroxysme, de ce fait les compétiteurs aux futures échéances électorales en l’occurrence les partis politiques ne seront rassurés du processus qu’à condition de se faire représenter par leurs ‘’Hommes de confiance’’ au sein de l’organe. Et donc La CENI dans sa forme actuelle est très adaptée au cas guinéen.

Le copier-coller du Sénégal ou d’Afrique du Sud n’est malheureusement pas transportable à présent, car la Guinée dans son état actuel est un pays divisé, martyrisé, traumatisé et trahi par ses élites et son administration.

Des gardes-fous pour garantir la crédibilité des opérations électorales

Dans la mesure où c’est une CENI équilibrée qui serait adoptée, composée de la société civile et des partis politiques, il serait judicieux de mettre en place des mécanismes de contrôle pour réduire les risques d’instrumentalisation de l’institution.

Afin de garantir une transparence des opérations, un organe de contrôle devra être institué à l’intérieur de la CENI, cet organe aura pour rôle d’auditer de manière autonome et indépendante chacune des opérations inscrites dans le chronogramme électoral.

La « Commission permanente d’évaluation et de contrôle » (C.O.P.E.C) aura pour mission de :

  • Faire un suivi régulier du processus électoral,
  • Et d’évaluer la conformité des actions posées par les membres de la CENI,

La justice : Cet autre garde-fou pour assurer aux guinéens une élection juste et apaisée.

Le gouvernement de transition du Lieutenant-colonel Doumbouya n’a pas et ne devrait pas avoir pour vocation de développer notre pays, ce dont-on lui réclame, c’est de pouvoir garantir au peuple de Guinée une institution judiciaire impartiale qui saurait trancher les contentieux nés du processus électoral.

En résumé, nous voulons des élections libres et transparentes dans un délai raisonnable car c’est bien faisable avec une dose de volonté politique manifeste et une justice impartiale. C’est tout ce que le peuple de Guinée vous réclame cher Lieutenant-colonel.

Tanou DIALLO
Paris

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info