Accueil » Politique » Transition politique : le colonel Doumbouya attendu au pied…du trône

Transition politique : le colonel Doumbouya attendu au pied…du trône

Trois semaines après le coup d’Etat qui a renversé le président Alpha Condé, la junte militaire au pouvoir en Guinée, a fait connaître les grandes lignes de la transition à travers une charte rendue publique et lue dans son intégralité à la télévision nationale, le 27 septembre dernier.

De son contenu, l’on retiendra essentiellement l’ossature des institutions qui conduiront la transition, à savoir le Comité national de transition (CNRD), son président, un gouvernement et un Conseil national de transition (CNT) qui fera office de parlement. Les membres de ce dernier, au nombre de 81, seront issus de toutes les couches de la société, allant des partis politiques aux forces vives de la Nation en passant par les organisations syndicales, patronales, de jeunesse et des Forces de défense et de sécurité.

Une volonté d’inclusivité de la Transition, malgré la mise à l’écart des membres du régime, d’autant que la publication de cette charte intervient au lendemain d’une large concertation entre les tombeurs d’Alpha Condé et les différentes composantes de la société guinéenne.

L’autre point notable de cette charte qui retient d’emblée l’attention, est la disposition qui interdit clairement aux membres de la transition, à commencer par le chef des putschistes et actuel chef de l’Etat, le colonel Mamady Doumbouya, de se présenter aux prochaines élections nationales et locales ; cette « disposition n’étant susceptible d’aucune révision ».

La cerise sur le gâteau, pourrait-on dire, est le clin d’œil fait au genre avec le quota de 30% de femmes au minimum, que le document impose dans chaque groupe nommé au CNT.  Avec autant de signaux positifs qui paraissent autant de gages de bonne foi, l’on a envie de donner le bon Dieu sans confession au colonel Doumbouya pour la conduite de la transition en Guinée, espérant le respect de la parole donnée.

Ce qui est loin, comparaison étant ici raison, d’être le cas pour ses homologues malien et tchadien, respectivement le colonel Assimi Goïta et le colonel Mahamat Idriss Deby qui, après avoir pratiquement « pondu » des chartes sous le manteau, semblent dans une logique à peine voilée de confiscation du pouvoir au terme de leurs transitions respectives. Sauf que dans le cas d’espèce, la durée de la transition en Guinée reste encore une énigme alors que la CEDEAO a déjà posé des exigences pour un délai de six mois. Le risque étant de la faire durer au maximum cette transition pour des intérêts purement personnels, d’autant que ses membres sont inéligibles aux prochaines élections.

C’est pourquoi, en renvoyant la décision de la durée de la transition au CNT et aux forces vives de la Nation, on se demande si ce n’est pas une façon de couper l’herbe sous les pieds de l’institution sous-régionale qui pourrait se trouver piégée de ne pouvoir aller à contrecourant de la volonté du peuple guinéen.

C’est aussi pourquoi le colonel Doumbouya est attendu au pied…du trône, pour prouver à la face des Guinéens et du monde, la noblesse de ses intentions en renversant le président Condé puis en conduisant lui-même la transition. Cela passe non seulement par l’adoption d’une durée de transition raisonnable, mais aussi par un comportement exemplaire dans la conduite des affaires de l’Etat. Car, une chose est de s’auto exclure des prochaines élections, une autre est de mettre la transition au service d’un clan ou de baliser le terrain pour un candidat déjà choisi. Une chose aussi est de vouloir faire dans la rupture en écartant les bonzes du régime déchu de la conduite de la transition, et une autre est de ne pas répéter les mêmes erreurs en ne tombant pas dans les mêmes travers.

C’est pourquoi, l’on a envie de prendre le colonel Doumbouya au mot, en attendant de voir si à l’épreuve du pouvoir, il saura résister aux sirènes des Raspoutine qui ne manquent généralement pas en pareille situation, et qui pourraient aussi le pousser à la faute.  En tout état de cause, avec l’adoption de cette charte, les dés semblent jetés en Guinée pour l’ouverture d’une transition censée tourner la page Condé. Et c’est peu dire que le colonel Doumbouya a toutes les cartes en main pour rentrer dans l’histoire de son pays par la grande porte. Reste maintenant à espérer qu’il a pleinement conscience de son rôle et de la dimension de ses responsabilités devant l’histoire. Car, on en a vu d’autres…

 Par Le Pays 

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info